Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Amuré : un tag "non aux bassines" sur la mairie

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Poitou

La mairie d'Amuré a été taguée avec un message anti-bassines dans la nuit de vendredi à samedi. "Inadmissible" pour le maire de la commune des Deux-Sèvres qui a porté plainte.

La mairie d'Amuré a été dégradée dans la nuit de vendredi à samedi
La mairie d'Amuré a été dégradée dans la nuit de vendredi à samedi - Photo mairie Amuré DR

"C'est inadmissible que l'on s'attaque à la maison du peuple. Il y a d'autres moyens d'expression quand on n'est pas d'accord". Marcel Moinard, le maire d'Amuré, dans le marais poitevin, ne décolère pas depuis les dégradations découvertes sur la mairie. Un tag "Non aux bassines" a été inscrit et de la peinture blanche jetée sur l'entrée. Des faits commis dans la nuit de vendredi à samedi.

Le maire a porté plainte. Amuré fait partie des communes concernées par le projet de 16 retenues d'eau pour l'irrigation agricole sur le bassin de la Sèvre niortaise. Projet qui fait l'objet de vives oppositions.

Un courrier signé "les tritons masqué-e-s"

Un courrier a été retrouvé dans la boîte aux lettres de la mairie, signé par "les triton masqué-e-s". "Ils déclarent qu'à partir d'aujourd'hui, ils abandonnent leur dogme pacifiste alors on sait pas ce que ça veut dire", précise Marcel Moinard qui veut éviter "la surenchère. Mon rôle c'est d'apaiser la situation. Je voudrais plutôt que ces gens viennent me rencontrer".

Une dérive qui n'a plus rien à voir avec l'écologie - la députée Delphine Batho

La députée des Deux-Sèvres Delphine Batho réagit également à ces dégradations ce mardi matin dans un communiqué. "Ces actes consternants ne grandissent pas leurs auteurs, courageusement anonymes. Ils témoignent d’une dérive qui n’a plus rien à voir avec l’écologie puisque, par définition, l’écologie c’est la non-violence, le respect des personnes et des biens communs, le refus de toute forme d’atteinte verbale, physique ou matérielle", écrit-elle.

Bassines non merci "n’a jamais appelé ses membres à agir de la sorte"

Dans un communiqué diffusé le mercredi 22 juillet, Bassine non merci, le collectif d'opposants au projet "tient à redire son attachement au respect du cadre républicain et au débat public, elle ne cautionne donc pas ce type d’agissement et n’a jamais appelé ses membres à agir de la sorte". Mais s'interroge également. "A qui profite le crime ? BNM espère vivement que la gendarmerie mènera ses investigations tant parmi les opposants que parmi les porteurs du projet".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess