Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Anesthésiste de la maternité d'Orthez : "J'étais à 70 % de mes moyens, je n'étais pas totalement ivre"

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Béarn

Ce mardi matin, la Cour d'appel de Pau se penchait sur la demande de remise en liberté de l’anesthésiste de la maternité d'Orthez. Cette audience a permis d'en savoir un peu plus sur Helga Wauters, mise en examen pour homicide involontaire.

L'arrivée de l'anesthésiste de la clinique d'Orthez à la Cour d'appel de Pau.
L'arrivée de l'anesthésiste de la clinique d'Orthez à la Cour d'appel de Pau. © Radio France - Daniel Corsand

La Cour d'appel de Pau se penchait ce mardi matin sur la demande de remise en liberté d'Helga Wauters. Si le délibéré ne sera connu que ce jeudi à 9 heures, l'audience a permis d'en apprendre un peu plus sur la personnalité de l'anesthésiste, mise en examen pour homicide involontaire et en détention provisoire depuis jeudi 2 octobre.

On a appris que la victime avait vomi lors de l'intervention et que Helga Wauters n'avait pas réagi. Toujours pendant l'intervention, la jeune femme s'est réveillé, elle a essayé de retirer son tuyau d'intubation. Devant la Cour d'appel, on a appris que le chirurgien a constaté que les organes étaient mal oxygénés, et qu'il a fallu appeler le SAMU quand la jeune femme a fait un arrêt cardiaque. Les enquêteurs ont rapporté les propos d'une infirmière qui leur a confié "c'était Bagdad" .

Le médecin reconnait qu'elle boit, et qu'elle avait bu ce jour-là : "J'étais à 70 % de moyens, je n'étais pas totalement ivre." Elle boit au saut du lit pour arrêter les tremblements, "son alcool, c'est son médicament" , explique son avocate Maître Hégoburu. L'avocate entend bien entraîner la clinique d'Orthez dans le naufrage de sa cliente, et ce en pointant le groupe Kapa Santé qui veut faire de Helga Wauters un bouc émissaire.

La juge d'instruction et le parquet ont également 14 autres dossiers de la clinique où des décès ont été constatés.

À LIRE AUSSI

Maternité d'Orthez : l'avocate du compagnon de la jeune maman s'exprime

Maternité d'Orthez : l'anesthésiste souffrant de problèmes d'alcool mise en examen et écrouée

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu