Faits divers – Justice

Angers : quatre morts et 14 blessés dans l'effondrement d'un balcon

Par Denis Souilla, France Bleu Loire Océan et France Bleu dimanche 16 octobre 2016 à 9:57 Mis à jour le dimanche 16 octobre 2016 à 15:14

Le balcon s'est détaché sur la gauche de la façade, côté cour intérieure
Le balcon s'est détaché sur la gauche de la façade, côté cour intérieure © AFP - Jean-François Monier

Quatre personnes sont décédées et 14 ont été blessées samedi soir vers 23h30 à Angers (Maine-et-Loire) après l'effondrement d'un balcon situé au troisième étage d'un immeuble. Les victimes âgées d'environ vingt ans fêtaient une crémaillère. Le bâtiment était plutôt récent. Une enquête a été ouverte.

Quatre personnes sont mortes et 14 autres ont été blessées, dont certaines grièvement, samedi soir vers 23h30 à Angers (Maine-et-Loire) après l'effondrement d'un balcon situé au troisième étage d'un immeuble. Les victimes fêtaient une pendaison de crémaillère et ont vu le sol se dérober sous leurs pieds.

C'est un balcon situé au 25 rue Maillé, dans le centre-ville d'Angers, au troisième étage, qui a cédé, emportant "dans sa chute les autres balcons du deuxième et du premier étage, dans la cour intérieure". Quatre personnes qui se trouvaient sous les gravats, sont décédées. "La cause de cet accident dramatique est de toute évidence accidentelle", a jugé une source proche de l'enquête. Le bâtiment était récent, construit dans les années 2000.

De jeunes victimes

Selon Yves Gambert, procureur de la République d'Angers, "une trentaine de jeunes gens étaient réunis, répondant à l'invitation de leurs amis, à l'occasion d'une pendaison de crémaillère dans un appartement au troisième étage" d'un immeuble du centre d'Angers. Lorsque le balcon a cédé sous leurs pieds, toutes les personnes, ont été emportées dans une cour intérieure. Le directeur de garde du CHU d'Angers a précisé que les victimes de l'effondrement ont "toutes autour de 20 ans".

Les quatre personnes décédées ont été retrouvées sous les gravats. Il s'agit d'une fille et de trois garçons, des étudiants âgés de 18 à 25 ans. S'agissant des 14 personnes blessées grièvement, hospitalisées au CHU d'Angers, le pronostic vital n'est engagé pour aucun. Sept d'entre elles avaient quitté l'hôpital dimanche en début d'après-midi.

Le balcon s'est détaché de la façade, côté cour intérieure, et a emporté un balcon en-dessous  - AFP
Le balcon s'est détaché de la façade, côté cour intérieure, et a emporté un balcon en-dessous © AFP - Jean-François Monier

Une cellule de soutien

Un important dispositif de sécurité a été déployé autour du bâtiment. Plus de 70 pompiers étaient sur place dans la nuit de samedi à dimanche. Une cellule spécialisée dans le déblaiement a été mise en place et le quartier bouclé.

La Cellule d'urgence médico-psychologique (CUMP) a été déclenchée pour les victimes très choquées. Un centre de soutien aux familles est organisé à l'accueil du CHU. L’établissement a annoncé, via Twitter, avoir mis en place un dispositif d'accueil pour les familles : "Effondrement balcon Angers info familles : merci de ne pas vous présenter aux urgences, mais à l'accueil du bâtiment Larrey vous y serez accueillis." Les familles des victimes peuvent appeler l'hôpital au 02 41 35 37 21 pour obtenir plus d'informations. La Croix Rouge est également mobilisée auprès des familles.

Une enquête est ouverte

Une enquête judiciaire a été ouverte dimanche pour "homicides et blessures involontaires" a annoncé Yves Gambert, procureur de la République d'Angers, dans un communiqué. Les investigations ont été confiées aux services de police du commissariat et du SRPJ d'Angers. Les éléments recueillis devront permettre de "reconstituer le déroulement des faits et la cause de l'effondrement" du balcon, précise le Parquet, ajoutant qu'"un expert judiciaire en matière de construction s'est rendu sur place".

Christophe Béchu, maire (LR) d'Angers, avait annoncé plus tôt avoir pris des arrêtés de "mise en péril", qui permettent des expertises immédiates dans les neuf appartements de l'immeuble doté de balcons, pour voir s'il n'y a pas des malfaçons dans la construction.

PHOTOS - Le bâtiment touché par l'effondrement

On voit nettement la trace du balcon qui s'est détaché de la façade, côté cour intérieure.

Le balcon s'est détaché de la façade du bâtiment - AFP
Le balcon s'est détaché de la façade du bâtiment © AFP - Jean-François Monier

La façade du 25 rue Maillé à Angers, côté rue.

le 25 rue Maillé à Angers - AFP
le 25 rue Maillé à Angers © AFP - Jean-François Monier

Angers, dans le Maine-et-Loire - Visactu
Angers, dans le Maine-et-Loire © Visactu -

Partager sur :