Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Angoulême : Emmanuel Macron pose avec un tee-shirt qui dénonce les violences policières

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

En visite à Angoulême à l'occasion du festival de la BD, le président de la République a posé avec le dessinateur Jul en tenant un tee-shirt "LBD 2020". Sur ce cliché partagé sur les réseaux sociaux ce jeudi après-midi, on y voit également un fauve éborgné. Il ne s'agit pas d'un photomontage.

Le dessinateur Jul à côté du président de la République
Le dessinateur Jul à côté du président de la République - Jean-Rémi Baudot

Angoulême, France

À première vue, on pourrait croire à un montage. Et pourtant non, sur un cliché, on voit Emmanuel Macron, le président de la République, tenir un tee-shirt où il est inscrit " LBD 2020" avec un fauve blessé à l’œil en dessous. La photo est postée par Jean-Rémi Baudot, un journaliste d'Europe 1. Les LBD sont les très controversés " Lanceurs de balles de défense ", à l'origine de plusieurs blessures lors de manifestations, ces derniers mois. Selon une étude de novembre dernier, les LBD sont la cause de 25 cas de blessures oculaires en 2018 et 15 l'an dernier.

Un tee-shirt d'abord confisqué

Au micro de Laetitia Gayet de France Inter, Jul revient sur les coulisses de cette photo. " En arrivant, les policiers m'ont confisqué le tee-shirt en disant que c'était du matériel séditieux, et qu'il était hors de question de rencontrer le président avec ce genre de choses dans sa poche. " Il poursuit : " Au déjeuner, j'ai dit que ces violences [policières] étaient insupportables. Emmanuel Macron a répliqué que c'était justifié sur un certain nombre de choses. [...] J'ai dit 'si vous voulez on prend une photo', il a dit 'oui oui d'accord'. [...] _Je voyais les gens autour de lui tirer des têtes de trois kilomètres_. Quelqu'un a pris une photo avec un portable, et voilà la genèse de cette photo insolite." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu