Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Angoulème : l'ancien maire Jean-Michel Boucheron de retour devant le tribunal

lundi 29 janvier 2018 à 19:25 Par Marie-Laurence Dalle, France Bleu La Rochelle

Jean-Michel Boucheron, l'ancien maire socialiste d'Angoulème est de retour ce mardi 30 janvier devant le tribunal correctionnel. Dans les années 80, il a plongé la ville dans une grave crise financière. Aujourd'hui le fisc lui réclame 186 000€ et l'accuse d'avoir organisé son insolvabilité.

Jean-Michel Boucheron a la sortie du tribunal d'Angoulème en 1999
Jean-Michel Boucheron a la sortie du tribunal d'Angoulème en 1999 © Maxppp - Alain Bourron

Angoulême, France

Jean-Michel Boucheron, l'ancien maire socialiste d’Angoulême comparait ce mardi 30 janvier devant le tribunal correctionnel de la ville en compagnie de son épouse. Il lui est reproché d'avoir fraudé le fisc de 1987 à 1989, et d'avoir par la suite organisé son insolvabilité de 2010 à 2013. Son épouse Francesca Raoui est elle poursuivie pour l'avoir aidée à dissimuler ses revenus. 

Un redressement fiscal sur des sommes illégalement perçues quand il était maire  

De 1987 à 1989, Jean Michel Boucheron a perçu de l'argent de la société CGE en charge de la gestion de l'eau. Il a aussi bénéficié d'emplois fictifs, des faits pour lesquels il a été condamné à de la prison ferme en 1997 et 1999.
La justice estime qu'il a détourné 746 mille francs soit plus de 110 mille euros aux dépends de la ville, des revenus illégaux sur lesquels évidemment Jean michel Boucheron n'a jamais payé d'impots.
L'ancien maire a fait l'objet d'un redressement fiscal de 254 000€ sur ce qu'il a perçu entre 1987 et 1989. Mais il n'a pas réglé la totalité de la somme et aujourd'hui le fisc le soupçonne d'avoir organisé son insolvabilité de 2010 à 2013 afin de ne pas payer les 186 000€ restant.

Le fisc accuse Jean-Michel Boucheron d'avoir organisé son insolvabilité. 

Le fisc a porté plainte contre Jean-Michel Boucheron en 2015. Le SRPJ de Limoges a mené l'enquête. Selon le parquet d’Angoulême, il y a eu des perquisitions et une série de garde à vue. Les enquêteurs ont établi que Jean-Michel Boucheron perçoit une confortable retraite de parlementaire (il a été député pendant 11 ans) d'un montant de 5 500€ par mois selon le parquet d’Angoulême, une retraite insaisissable à la source comme toutes les retraites de parlementaires. L'ancien maire d’Angoulême dispose aussi de diverses autres pensions.  Des sommes qu'il aurait versé sur les comptes de sa nouvelle épouse, ou aurait placé à son nom (son ex-femme Agnès Cojean a été condamnée à payer une partie de la dette fiscale de son ex-mari au titre de la solidarité entre époux). Des accusations que Jean-Michel Boucheron conteste, mais son avocat Me Benoit Ducos-Ader, contacté par France Bleu La Rochelle a refusé de donner des précisions à ce sujet, il réserve son argumentation pour l'audience devant le tribunal.