Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Angoulême: un père soupçonné de violences sur son bébé de 3 mois mis en examen

samedi 7 juillet 2018 à 19:06 Par Gérald Paris, France Bleu La Rochelle et France Bleu

Une petite fille de 3 mois est décédée mercredi quartier Basseau à Angoulême. L'autopsie révèle plusieurs lésions évoquant le syndrome du bébé secoué. La justice porte ses soupçons sur le père.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Anne-Sophie Bost

Angoulême, France

A Angoulême un père de famille de 33 ans est mis en examen. Présenté à un juge du parquet d'Angoulême samedi, il est soupçonné d'avoir provoqué la mort de sa petite fille de 3 mois

Le drame s'est déroulé mercredi dernier dans un appartement du quartier Basseau à Angoulême. En revenant d'un rendez-vous médical, la mère de 22 ans découvre le bébé mort au domicile. Le nourrisson était sous la garde de son père. 

L'autopsie pratiquée le lendemain est accablante. Le nourrisson présentait de multiples lésions évoquant le syndrome du bébé secoué. De nombreux  hématomes au niveau de la tête, mais l'autopsie a par ailleurs révélé des fractures anciennes et récentes. 

Des faits passibles de 30 ans de réclusion criminelle

A l'issue de sa garde à vue, l'homme a été mis en examen pour violences sur mineur ayant entraîné la mort par ascendant. Des faits passibles de 30 ans de réclusion criminelle. La mère elle sera jugée pour non-assistance à personne en danger. Elle encourt jusqu'à cinq ans d'emprisonnement. 

Selon la Haute autorité de santé, chaque année en France, plusieurs centaines d'enfants en général de moins d'un an font parti de ces bébés secoués. En moyenne ce syndrome tue un nourrisson sur cinq.