Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Annecy : le faux espion bigame condamné à deux ans de prison ferme

vendredi 5 octobre 2018 à 10:28 Par Nelly Assénat, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Le tribunal d'Annecy (Haute-Savoie) a condamné, ce vendredi, à deux ans de prison ferme et trois ans avec sursis l'homme accusé d'escroquerie, de bigamie et de faux et usage de faux en écriture. Il s'était marié deux fois, sans divorcer, et faisait croire qu'il était un agent de la DGSE.

L'homme se faisait passer pour un espion de la DGSE auprès de son épouse
L'homme se faisait passer pour un espion de la DGSE auprès de son épouse © Maxppp -

Le tribunal correctionnel d'Annecy en Haute-Savoie condamne ce vendredi un faux espion de 45 ans à cinq ans de prison, dont trois avec sursis. C'est une peine plus lourde que les réquisitions du procureur (trois ans d'emprisonnement dont 18 mois avec sursis).

L'homme était jugé pour faux en écriture publique et privée, usage de faux, escroquerie et bigamie.  

Deux femmes qui ne savaient rien de ses mensonges

L'audience s'était tenue mi-septembre et a mis au jour la vie rocambolesque du prévenu. 

On est en 2015. L'homme, agrégé de mathématiques, était marié depuis 12 ans et père de trois enfants. Il racontait depuis 2003 à son épouse qu'il devait s'absenter pour de longues périodes à cause de son travail. Il n'hésite pas à faire croire à sa femme qu'il est agent de la DGSE (les renseignements extérieurs français). Lors de l'audience, on apprend par exemple qu'il lui envoyait des textos soi-disant depuis un pays arabe où il est hospitalisé après avoir été blessé lors d’une mission d’espionnage.

C'est en se rendant à la Caisse d'Allocations Familiales que l'épouse apprend qu'elle est divorcée de son mari depuis trois ans sans le savoir. Elle fouille alors dans ses affaires et découvre différents documents, dont une déclaration d'impôts aux noms de son mari et d'une autre épouse, avec copie du livret de famille.

Une enquête est alors ouverte. On découvrira que cet homme est fiché à la Banque de France, que le jugement de son divorce est falsifié, tout comme la copie de son acte de naissance, un passeport, un acte de transcription de son adoption plénière, des factures et des bulletins de salaire.  

Les deux femmes n'étaient au courant de rien. 

Des accusations d'escroquerie de la part d'anciens collègues

L'audience au mois de septembre révèle aussi que dès 2011, deux anciens collègues et amis du prévenu avaient porté plainte pour escroquerie. L'homme leur avait proposé de s'associer dans une société immobilière et ils avaient investi des centaines de milliers d'euros dans une affaire fantôme.

A la barre, le prévenu a reconnu les faits. L'experte psychologue parle d'un homme surdoué

Il est donc condamné à de la prison ferme. Son sursis  de trois ans est assorti d'une mise à l'épreuve de deux ans avec obligation de soins, de réparer les dommages causés à ses victimes et de demander une autorisation avant tout déplacement à l'étranger.