Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Annecy : une croix gammée peinte sur une plaque à la mémoire d'enfants juifs

-
Par France Bleu Pays de Savoie

L'emblème nazi a été dessiné mardi sur une plaque commémorant une rafle d'enfants juifs. Elle était fixée au mur de l'école Quai Jules Philippe, en plein centre d'Annecy, en Haute-Savoie. La ville a porté plainte.

La plaque commémorative dégradée par une croix gammée a été retirée par la ville et envoyée au service de restauration.
La plaque commémorative dégradée par une croix gammée a été retirée par la ville et envoyée au service de restauration. © Radio France

C'est une plaque à la mémoire d'enfants juifs, déportés pendant la Seconde Guerre mondiale, qui était fixée depuis longtemps au mur de l'école Quai Jules Philippe, dans le centre-ville d'Annecy. Mardi, la plaque a été dégradée. Au petit matin, on y a découvert une croix gammée, taggée à la peinture noire et à l'envers.

Un geste commis en pleine commémoration de l'holocauste

C'est la première fois que le symbole antisémite est ainsi dessiné dans la capitale haut-savoyarde, mais le geste ne semble pas anodin. Il a été commis au moment de la commémoration de l'holocauste.

Les services municipaux sont aussitôt intervenus, pour effacer l'emblème nazi. La ville a porté plainte pour "dégradation de biens publics à caractère antisémite," tout comme l'association culturelle israélite d'Annecy.

Le président de l'association culturelle israélite d'Annecy, Denis Moos, est indigné.

Une enquête a été ouverte, pour tenter de retrouver les auteurs du délit, qui encourent 15.000 euros d'amende et une peine de Travail d'Intérêt Général. 

Le préfet de Haute-Savoie Georges-François Leclerc a condamné cet acte.