Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : L'affaire du petit Grégory

Affaire Grégory : pour les avocats de Murielle Bolle et des Jacob, l'annulation des mises en examen est "une victoire"

mercredi 16 mai 2018 à 14:43 - Mis à jour le mercredi 16 mai 2018 à 18:35 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Bourgogne, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

C'est un énième rebondissement. Un an après la relance de l'affaire Grégory, les mises en examen de Murielle Bolle et des époux Jacob sont annulées. Leurs avocats se réjouissent d'une décision "courageuse".

Alexandre Bouthier (à g.), Stéphane Giuranna et Frédéric Berna (à d.) sont les avocats des époux Jacob
Alexandre Bouthier (à g.), Stéphane Giuranna et Frédéric Berna (à d.) sont les avocats des époux Jacob © Radio France - Lucas Valdenaire

Vosges, France

Un an après, retour au point de départ dans l'affaire Grégory. Les mises en examen de Murielle Bolle et des époux Jacob, annoncées au mois de juin 2017, sont finalement annulées. La chambre de l'instruction de Dijon a pris cette décision ce mercredi matin. Une décision "courageuse" d'après Stéphane Giuranna, l'avocat de Marcel Jacob

"Cette décision démontre, une fois de plus, que la justice a fait une erreur énorme dans cette affaire, poursuit l'avocat lorrain. Nous avons démontré que les époux Jacob avaient un alibi en béton pour le jour des faits. Ça, ce n'est pas annulé !"

Les avocats appellent désormais la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon à ne pas tenter de remettre en examen le couple Jacob, ce qui est toujours envisageable. En effet, le procureur général peut très bien demander de nouvelles auditions et de nouvelles mises en examen. Il peut également se pourvoir en cassation pour contester cette décision. Il peut le faire avant mardi prochain.

Il faut arrêter les frais, quand même. Cela fait un an qu'on a relancé cette affaire et j'entends encore résonner les mots de Monsieur le Procureur général nous dire qu'on était tout proche de la vérité. Vous avez trouvé une vérité vous ? Moi non ! On a reculé !"

"Il faut arrêter les frais," selon Stéphane Giuranna, avocat de Marcel Jacob

"Il faut surtout attendre d'avoir des éléments matériels biologiques incontestables, selon Stéphane Giuranna. Mais arrêtez de relancer une enquête sur un logiciel qu'on a mal alimenté. Arrêtez de relancer une enquête sur des analyses graphologiques dont on a expliqué qu'elles avaient fait un dégât considérable !"

"Un enfant, quand il fait une bêtise, on lui dit stop. S'il refait la même bêtise, ça commence à devenir inquiétant."

"On a rouvert une boite de Pandore, reprend Frédéric Berna, qui défend les intérêts de Jacqueline Jacob. On ne comprend même pas comment, dans l'un des dossiers les plus médiatiques de notre pays, on réitère 33 ans après des erreurs monumentales." 

"Quand on pense à la gabegie financière pour en arriver à annuler tout ce qui a été fait depuis un an. Cet arrêt a pour vocation de remettre de l'ordre dans la maison justice."

Pour l'avocat spinalien de Marie-Ange Laroche : "le fiasco continue". Selon Gérard Welzer, "il est temps que la sagesse l'emporte. Soit il y a quelque chose de déterminant, comme des expertises scientifiques ADN contre telle ou telle personne, soit il n'y a rien de déterminant et arrêtons de jouer avec la vie des gens."

Arrêtons d'agiter publiquement un discrédit en disant qu'on va trouver la vérité alors qu'il n'y a rien."

"Le fiasco continue avec une victime de plus," poursuit Gérard Welzer. Et cette victime "s'appelle Jean-Michel Lambert. N'oublions pas que ce magistrat s'est donné la mort en ne supportant plus les choses inadmissibles dites sur lui et qui étaient injustifiées."

Dans le même temps, les contrôles judiciaires qui empêchaient Murielle Bolle et les époux Jacob d'entrer en contact avec les autres protagonistes de l'affaire, sont totalement levés. A la fin du mois d'avril, celui de Muriel Bolle avait été assoupli : elle avait donc pu rentrer chez elle, à Granges-sur-Vologne dans les Vosges.

Les charges n'ont pas été remises en cause, l'enquête continue, Avocate des parents du petit Grégory

Mais les avocats des parents du petit Grégory ont une autre lecture de ce nouveau rebondissement. Pour Me Marie-Chastand-Morand, "le fond de l'affaire est intact, les charges n'ont pas été remises en cause et l'enquête continue. On demande à la chambre de l'instruction de convoquer à nouveau Mureil Bolle et les époux Jacob. Christine et Jean-Marie Villemin ont vu leur enfant assassiné le 16 octobre 1984, ce qui fait plus de 30 ans. Ils ont appris avec cette affaire la vertu de la patience"