Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Attentat de Conflans : un jeune homme arrêté à Blois pour apologie du terrorisme

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

A la suite de l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine, un Russe d'origine tchétchène de 22 ans a été arrêté à Blois pour apologie d'actes terroristes en ligne. Des armes ont été retrouvées chez lui.

L'enquête préliminaire a été confiée à la gendarmerie du Loir-et-Cher. Illustration.
L'enquête préliminaire a été confiée à la gendarmerie du Loir-et-Cher. Illustration. © Radio France - Marie Ameline

Un jeune homme de 22 ans, né en Russie et d'origine tchétchène, habitant à Blois, a été interpellé puis déféré devant le parquet ce dimanche pour des faits d'apologie d'actes terroristes en ligne. 

Ce sont ses posts publiés sur les réseaux sociaux sous un pseudonyme qui ont attiré l'attention des autorités. Depuis l'attentat contre le professeur Samuel Paty, une veille internet était mise en place par les services spécialisés des forces de sécurité intérieure (FSI) du Loir-et-Cher pour surveiller les propos haineux en ligne. 

Après l'ouverture d'une enquête préliminaire par la gendarmerie du Loir-et-Cher, le jeune homme a été interpellé à son domicile puis placé en garde-à-vue où il a contesté les faits.

Jusqu'à sept ans de prison

Chez lui, des armes ont été découvertes, ainsi que des cartouches et des couteaux. Le matériel informatique du jeune homme a été saisi. Leur examen a notamment permis de voir qu'il avait "aimé" la photographie qui montrait le corps décapité de Samuel Paty sur les réseaux sociaux. Le suspect assure ne pas s'en souvenir.

Une information judiciaire est ouverte. Il risque jusqu'à sept ans d'emprisonnement.

L'homme était déjà connu de la justice. Il avait été condamné en 2017 pour des faits d'apologie du terrorisme après les attentas de Charlie Hebdo. Il était mineur au moment des faits. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess