Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Faits divers – Justice

Appel à témoins après une agression lors d'une fête il y a deux ans à Saint-Pons de Mauchiens

mercredi 29 août 2018 à 12:02 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu Hérault

Un habitant de Strasbourg lance un appel à témoins pour retrouver les personnes qui l'ont roué de coups lors d'une fête à Saint-Pons de Mauchiens (Hérault) en 2016. L'affaire a été classée sans suite faute de témoignages.

Boris, le soir de la fête avant l'agression
Boris, le soir de la fête avant l'agression -

Saint-Pons-de-Mauchiens, France

Un Strasbourgeois lance un appel à témoins dans l’Hérault après une agression en juillet 2016. Cet homme de 35 ans participait avec des amis à une fête à Saint-Pons de Mauchiens près de Méze, quand il a été pris à parti par une trentaine de jeunes. Ce vacancier a été roué de coups alors qu’il était au sol. Heureusement, un homme lui est venu en aide et lui a permis de s’enfuir. 

Sa plainte vient d’être classée sans suite par le parquet de Béziers au motif que "les auteurs sont inconnus". Un médecin de Pézenas avait prononcé à l’époque quatre jours d’ITT. 

"Ne pas dénoncer les faits, c'est condamnable"

Boris ne veut pas en rester là. Il veut absolument convaincre d’éventuels témoins dans ce petit village de 650 habitants, de dénoncer les auteurs de l'agression. Boris, dit avoir été traumatisé par autant de violence.  "Je souhaite que les habitants ne cautionnent pas cette violence, c'est inacceptable. J'attends qu'ils parlent. Que les gens ne parlent pas, ne pas signaler des faits de violences, c'est condamnable ! Ce sont des faits de violence en réunion. 30 personnes se sont jetées sur moi. En plus, je suis d'origine indienne, si c'est la raison de mon agression, c'est encore plus grave. On ne peut pas laisser faire."

Boris espère que des témoins vont se manifester

"Il n'est jamais trop tard pour parler"

Il veut que justice soit faite. "Il n'est jamais trop tard, aujourd'hui il y a des photos, des vidéos, les réseaux sociaux. Deux ans c'est beaucoup, mais les nouvelles technologies peuvent rattraper le temps. Saint-Pons, c'est un petit village, tout le monde se connait, certains vont peut-être se souvenir. On ne peut pas laisser ces faits dans l'impunité, j'aurai pu mourir, c'est très grave. J'aimerai aussi retrouver la personne qui m'a sauvé la vie"

Pour Boris, il n'est jamais trop tard pour se présenter à la gendarmerie

Si vous avez assisté à cette fête et à l'altercation dans la nuit du 14 au 15 août 2016, appelez le standard de France Bleu Hérault 04.67.06.65.65