Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Appel à la bagarre sur les réseaux sociaux : "Un phénomène assez rare"

vendredi 3 mars 2017 à 17:15 Par William Giraud, France Bleu Poitou

Au lendemain des rixes qui ont eu lieu en centre-ville de Poitiers entre bandes rivales suite à un appel lancé sur Facebook, nous donnons la parole à des spécialistes de la communication.

C'est sur le réseau social que tout a commencé.
C'est sur le réseau social que tout a commencé. - Facebook

Poitiers, France

"Comme dans la cour d'un lycée, quand ça commence à s'invectiver sur Facebook, ça se termine parfois avec un rendez-vous pour en découdre. Le caractère public du réseau joue à plein dans le phénomène" Camille Alloing, spécialiste des réseaux sociaux, enseigne à l'institut d'administration des entreprises de Poitiers.

Un phénomène rare

Pour lui, la bagarre de jeudi et les rassemblements qui l'ont précédé restent "rares mais s'expliquent en grande partie parce que les jeunes se livrent, s'expriment sur le net pour le meilleur et pour le pire". Ajoutez à cela la possibilité de prendre fait et cause pour un commentaire (le fameux Like), et les débats peuvent vite s'envenimer.

Très difficile à prévoir

Le problème pour Nicolas Moinet, professeur de communication à l'université de Poitiers, c'est que la police "n'a pas les moyens pour assurer une veille permanente sur les réseaux sociaux. Ceux qui sont à l'initiative auront toujours un coup d'avance. La spontanéité, la rapidité et la contagion de ce type d'appels rendent ces rassemblements extrêmement difficiles à prévoir".

La preuve avec la bagarre de jeudi : ce sont les caméras de la ville qui ont permis de détecter l'attroupement derrière la mairie. Sans elles, la rixe serait peut-être totalement passée inaperçue.