Faits divers – Justice

Accusé de violences par un artisan, le garde du corps d'une princesse saoudienne en garde à vue

Par Marina Cabiten, France Bleu Paris Région et France Bleu vendredi 30 septembre 2016 à 10:41

Une façade de l'avenue Foch à Paris - illustration
Une façade de l'avenue Foch à Paris - illustration © AFP - ERIC FEFERBERG

Un artisan venu pour des travaux dans un appartement parisien dit avoir été ligoté et frappé par le garde du corps de la propriétaire, une princesse saoudienne. Ce vendredi, ce garde du corps a été placé en garde à vue.

Dans la très luxueuse avenue Foch du 16e arrondissement de Paris, un artisan dit avoir été menacé, attaché, frappé alors qu'il venait pour des travaux. Après le dépôt d'une plainte, le garde du corps de la princesse saoudienne qu'il met en cause a été placé en garde à vue vendredi.

"Il faut tuer ce chien, il ne mérite pas de vivre"

C'est ce qu'aurait lancé la descendante des fondateurs du royaume d'Arabie saoudite à l'artisan parisien qui prenait des photos de l'appartement en vue des travaux à réaliser. L'un de ses gardes du corps aurait alors été prié d'intervenir, et la victime affirme qu'il lui a donné un coup de poing sur la tempe, lui a attaché les mains, l'a forcé à se mettre à genoux pour baiser les pieds de la princesse. Il l'aurait même tenu en joue avec une arme à feu. Le journal Le Point, qui a révélé l'affaire, précise que les gardes du corps étrangers sont "autorisés à porter une arme par le ministère de l'Intérieur, alors que cela est interdit aux professionnels de la sécurité privée de nationalité française, sauf rares exceptions."

20.000 euros de travaux impayés ?

Ce cauchemar a duré quatre heures selon l'artisan qui dit avoir tout de même demandé à être payé pour les travaux, un montant de 20.000 euros. Mais il affirme n'avoir rien touché et accuse les Saoudiens d'avoir gardé son matériel.