Faits divers – Justice

Après l'accident au stade de la Licorne, les stades bretons contrôlent leurs infrastructures

Par Annaïg Haute, France Bleu Breizh Izel et France Bleu mercredi 4 octobre 2017 à 18:52

Les stades bretons ont mené en urgence des visites de sécurité pour contrôler leurs installations.
Les stades bretons ont mené en urgence des visites de sécurité pour contrôler leurs installations. © AFP - ois Lo Presti / AFP

Après l'accident du stade de la Licorne d'Amiens, qui a fait près d'une trentaine de blessés le week-end dernier, les stades bretons contrôlent leurs infrastructures. C'est la question de la sécurité des tribunes qui est posée.

C'est le scénario que tous les clubs redoutent... L'effondrement d'une tribune qui a fait une trentaine de blessés, le week-end dernier, à Amiens, a incité les collectivités qui gèrent les stades à inspecter une fois de plus leurs infrastructures.

La société qui surveille l'état des grilles interviendra à Lorient avant le prochain match

L'inspection a été menée dès lundi matin au stade du Moustoir, à Lorient. Les deux grandes tribunes sont au niveau du sol, pas de risque de chute donc, ce sont les deux autres qui intéressaient les spécialistes. L'une d'elle a un muret en béton, qui arrive à hauteur de la taille des supporters, elle semble donc plutôt sécurisée. Mais sur l'autre, il y a des grilles. Elles sont contrôlées une fois par an par une société, et inspectées visuellement avant chaque match.

"Recontrôler chaque boulon par acquis de conscience"

Après cet accident à Amiens, Lorient a décidé - par sécurité - de refaire intervenir la société spécialisée, pour resserrer à nouveau toutes les grilles : "On va recontrôler chaque boulon, avec la société BPMétal, par acquis de conscience, même si nous on le fait tous les ans", explique Stéphane Lamézec, responsable de la gestion du stade du Moustoir. Une mesure de précaution, puisque les grilles répondent à tous les critères européens. Ceci dit, un responsable de la sécurité, explique que les normes en question prévoient trois personnes par mètre carré. Elles sont beaucoup plus nombreuses en cas de mouvement de foules!

A Francis Le Blé, les grilles sont faites pour céder facilement, et ainsi éviter la chute de masse

A Brest aussi, le stade Francis Le Blé a été contrôlé sous toutes les coutures, sans inspirer de réelles inquiétudes. En tribune Quimper, celle qui accueille les ultras, il n'y a pas beaucoup de recul entre les sièges et la rambarde, ce qui limite la possibilité d'un mouvement brusque de supporters sur un but ou une action, et donc le risque.

Pour la tribune visiteurs, là il y a des grilles, mais elles sont construites de manière à "tomber facilement". Une mesure qui permet d"éviter un attroupement aussi important que derrière celles du stade de la Licorne à Amiens.

Vers des grilles entre les premiers rangs des sièges et le bord de la tribune?

Plus généralement, depuis cet accident du week-end dernier, les collectivités qui gèrent les stades discutent beaucoup entre elles. Plusieurs évoquent la mise en place de barrières intermédiaires, entre les grilles et les premiers rangs de sièges. Là encore, l'idée c'est d'éviter au supporter d'avoir du recul et de se masser brutalement contre les grilles... Ils devraient alors contourner un obstacle de plus, qui les ralentiraient.