Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Après l'attaque de son bus à Angers, il refuse de transporter les supporters de Guingamp

mardi 9 octobre 2018 à 5:30 Par Annaïg Haute, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

Le patron des transports Jézéquel, qui assurent les déplacements des supporters guingampais, dit "stop" après l'attaque de son bus par des fans du SCO d'Angers fin septembre. Il a été pris pour cible alors qu'il rentrait d'un match, les vitres ont été brisées et deux personnes, légèrement blessées.

Après le match contre Angers, des pavés ont été jetés dans les vitres du bus des supporters guingampais.
Après le match contre Angers, des pavés ont été jetés dans les vitres du bus des supporters guingampais. © Maxppp - Thomas BREGARDIS

Guingamp, France

Il évoque un "guet-apens". Le patron des bus Jézéquel ne décolère pas, depuis l'attaque de son véhicule après le match de l'En Avant de Guingamp à Angers. Il ne transportera plus les supporters du club, car il estime que les conditions de sécurité ne sont pas réunies.

Lors de ce déplacement, fin septembre, des pavés ont été jetés à l’intérieur du véhicule de la compagnie costarmoricaine. Les vitres ont été brisées et une jeune femme a reçu des éclats de verre dans l’œil. Elle a été transportée à l'hôpital. Un jeune de 11 ans, qui se trouvait à bord, a également été très choqué.

"Le conducteur est très choqué"

Franck Jézéquel, le patron des transports éponymes, estime qu'il n'est plus en mesure d'assurer la sécurité de ses conducteurs, de ses véhicules, mais aussi de toutes les personnes qu'il transporte. Il a donc choisi de ne plus travailler avec le Kop guingampais dont il assure habituellement les déplacements. 

"Il a vu les vitres exploser en roulant et il a vu tous les gens s'allonger"

Selon lui, le conducteur du car qui a été attaqué est "très choqué". Il poursuit "Il n'a pas compris ce qui se passait, il a vu les vitres exploser en roulant et il a vu tous les gens s'allonger parce qu'ils avaient peur. Pour les gens que je transporte aujourd'hui, les mesures ne sont pas optimales pour que je transporte des supporters."

Le patron regrette la situation mais surtout la mentalité des pseudos supporters qui sont prêts à agresser d'autres groupes : "Je crains le pire un jour". Il précise cependant qu'il continuera à transporter les joueurs de l'En Avant de Guingamp. Même si l'un de ses cars a également été ciblé il y a deux ans, à Caen

Le responsable de la sécurité de l'En avant de Guingamp s'est ému de la situation. - Aucun(e)
Le responsable de la sécurité de l'En avant de Guingamp s'est ému de la situation. - Capture Facebook

"Je ne supporte plus ces abrutis qui prennent le sport en otage"

Après cette agression angevine, le chef de la sécurité de l'En Avant de Guingamp s'est exprimé sur Facebook : "La haine, la bêtise, l’inconscience de certains abrutis conduisent à ceci !", déclare Serge Lucas, "Faut-il se résigner à subir ce type de violence ? Le sport ne doit-il pas véhiculer d’autres valeurs ? S’en prendre à des enfants, à des familles qui n’ont d’autres intérêts que la passion et l’amour de leur club est-ce normal ? Je ne supporte plus ces abrutis qui prennent le sport en otage et s’imposent en maître dans les stades ! Je suis très chauvin mais je respecte mes voisins...question d’éducation sûrement !"