Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Immeubles effondrés à Marseille

Immeubles effondrés à Marseille : les secours espèrent trouver des survivants dans des poches de survie

mardi 6 novembre 2018 à 10:01 Par Camille Payan, France Bleu Provence et France Bleu

Le corps sans vie d'un homme a été retrouvé sous les décombres ce mardi matin rue d'Aubagne où les deux immeubles se sont effondrés lundi matin. Les secours s'activent et gardent espoir de trouver des survivants.

Les équipes se relaient sur place pour fouiller les décombres.
Les équipes se relaient sur place pour fouiller les décombres. - Sapeurs Pompiers des Bouches-du-Rhône

Marseille, France

Le nombre de personnes portées disparues est toujours incertain et provisoire après l'effondrement de deux immeubles à Marseille rue d'Aubagne. Christophe Castaner, le ministre de l'Intérieur, a avancé les chiffres de cinq à huit disparus. Les recherches se poursuivent dans les gravats car les secours gardent espoir de retrouver des survivants dans ce qu'on appelle des poches de survie. 

Lorsque les étages s'effondrent ils peuvent créer parfois des espaces qui n'écrasent pas les éventuelles personnes dessous et cela leur permet de trouver de l'air pour attendre l'arrivée des secours. Les victimes peuvent ainsi rester en vie plusieurs heures dans ces poches de survie et les secours en ont déjà repéré à plusieurs reprises. Ils espèrent retrouver ainsi des personnes portées disparues a expliqué Julien Ruas, adjoint au maire de Marseille délégué aux marins pompiers. 

Des conditions de recherches délicates

Les équipes se relaient en permanence sur place pour fouiller les tonnes de gravats et la pluie qui tombe rend difficile les recherches, mais d'après Julien Ruas, "il n'y a pas de conditions idéales dans ce genre de catastrophe, tout est compliqué". 

"Il faut compter entre cinq et sept jours de nettoyage, les équipes se relaient pour aller le plus vite possible car le temps n'est pas un atout", Julien Ruas