Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Après l'explosion d'un silo à Strasbourg, des mesures sont prises contre d'éventuelles traces d'amiante

mercredi 6 juin 2018 à 17:33 Par Blandine Costentin et Olivier Vogel, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Les salariés des entreprises voisines du silo qui a explosé ce mercredi matin à Strasbourg doivent prendre des mesures de précaution contre d'éventuelles particules d'amiante, indique la préfecture du Bas-Rhin. Le nettoyage et la mise en sécurité du site sont toujours en cours.

Explosion d'un silo à Strasbourg : les dégâts sur le bâtiment qui jouxte la tour.
Explosion d'un silo à Strasbourg : les dégâts sur le bâtiment qui jouxte la tour. © AFP - Patrick Hertzog

Strasbourg, France

Alors que l'enquête a commencé sur les causes de l'explosion d'un silo à grains dans la zone portuaire sud de Strasbourg, ce mercredi matin, les autorités poursuivent d'importantes mesures de nettoyage du site. Un périmètre de sécurité de 200 mètres a été installé autour de l'entreprise Silostra où l'accident a eu lieu. Dans un communiqué, la préfecture du Bas-Rhin indique que "l’explosion a généré des débris du toit amianté". En conséquence, même si la présence de fibres d’amiante doit être confirmée, les salariés des sociétés situées dans le périmètre doivent suivre des précautions.

Ces personnes doivent pouvoir prendre une douche sur site quand c'est possible. Si ce n'est pas le cas, des douches mobiles vont être installées à la sortie du périmètre de sécurité. Ces salariés doivent ranger leurs vêtements dans un sac fermé. Des tenues de rechange seront mises à disposition si nécessaire. La préfecture précise encore que "les mêmes mesures préventives sont mises en œuvre pour les personnels de secours et d’investigation intervenant sur le sinistre". 

Des mesures en cours pour évaluer la présence d'amiante

Sur la présence ou non d'amiante autour du site, des mesures sont en cours et les résultats devraient être connus dans 24h. Une société spécialisée procède ce mercredi soir au nettoyage du site et de la route interdite à la circulation, sur un rayon d'environ 100 m. 

L'explosion s'est produite "à l'occasion des travaux de maintenance"

L'explosion dans le silo, à 9h20, s'est produite alors que le site faisait l'objet d'un chantier de maintenance. Trois des blessés seraient d'ailleurs des salariés d'une entreprise chargée de cette intervention. Ça ne suffit pas à expliquer la déflagration. D'après Pascal Lajugie, responsable de l'unité départementale de la Dreal, direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement, un "permis de feu" avait été délivré, c'est-à-dire que les ouvriers étaient autorisés à utiliser des outils produisant des étincelles. Dans ce cas, il y a un protocole très strict qui bannit les poussières : les poussières de céréales sont hautement inflammables. La police judiciaire a saisi les registres où sont consignées les opérations de nettoyage et de maintenance.

Joint ce midi par France Bleu Alsace, Marc Moser, président du Comptoir agricole, le groupe dont dépend Silostra, reconnaissait que le chantier de maintenance, même si "ça reste à confirmer", était "certainement la raison majeure de l’explosion". Le Comptoir agricole compte une soixantaine d'implantations diverses en Alsace.

La Direction régionale de la PJ de Strasbourg a été saisie d'une enquête ouverte par le parquet pour blessures involontaires. Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique, a missionné les experts en risques accidentels de l'Ineris pour déterminer les causes de l'accident et formuler des recommandations pour en améliorer la prévention.

450 tonnes d'engrais mis en sécurité

Autre opération très délicate menée à bien dans le cadre de la sécurisation du site, l'évacuation de 450 tonnes d'ammonitrate, un engrais qui représentait un certain potentiel explosif. Le stock a été déplacé et installé "dans un lieu sécurisé pour éviter tout risque de sur-accident" précise la préfecture du Bas-Rhin. Pascal Lajugie, de la Dreal, précise que le "site n'est pas un dépôt d'engrais"