Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Avec la possible interdiction de la foire aux plaisirs de Bordeaux, les forains menacent de manifester

-
Par , France Bleu Gironde

Annulations en rafale des fêtes foraines en Gironde prévues ce mois-ci après leur interdiction par la préfecture, c'était une des mesures annoncées lundi 14 septembre. Cette interdiction, pour raison sanitaire, provoque l'incompréhension des forains qui menacent de manifester. Interview.

La foire aux plaisirs de Bordeaux, ici en 2006.
La foire aux plaisirs de Bordeaux, ici en 2006. © Maxppp - LARTIGUE STEPHANE

Les fêtes de Sainte-Hélène dans le Médoc et de Pauillac sont annulées, la Foire aux plaisirs, prévue en octobre sur la place des Quinconces à Bordeaux reste en suspens. L'interdiction des fêtes forraines décidée par la préfète de la Gironde lundi 14 septembre pour essayer d'endiguer l'épidémie de coronavirus met en colère les forains. La Fédération des Forains de France compte déposer un préavis de manifestation à Bordeaux du 28 septembre (date prévue de leur arrivée pour installer la foire) au 2 novembre. Norman Bruch est membre de cette Fédération, également président de la Foire aux Plaisirs. Il explique les raisons de sa colère.

France Bleu Gironde : Vous ne comprenez pas la décision de la préfète de la Gironde malgré l'aggravation de la situation sanitaire dans notre département ?

Norman Bruch : Non du tout parce qu'on est capables d'accueillir nos clients. On l'a fait dans pleins de fêtes depuis le déconfinement. On est des commerçants indépendants, itinérants mais on a le droit de travailler. La foire existe à Bordeaux sur la place des Quinconces depuis 1948, on fait partie du patrimoine bordelais ! Je comprends d'autant moins cette décision que les gens ont le droit de s'entasser dans les magasins et centres commerciaux. C'est du racisme commercial.

Le terme est un peu fort... Il n'y a pas seulement les fêtes foraines qui sont interdites, il y a aussi les fêtes des voisins, les brocantes. Pourquoi est-ce que vous auriez un traitement à part ?

Mais c'est inadmissible aussi pour eux ! Bon, je pense que la fête des voisins est associative. Nous, nous sommes des professionnels. J'ai des prêts, je paye des impôts, j'ai un registre de commerce. Je me sens comme un commerçant sédentaire sauf que nous, et ça aussi ça dérange, nous avons un mode de vie différent, nous vivons dans des caravanes. Mais quoi qu'il arrive, moi j'ai un manège qui coûte 700 000 euros et ce n'est pas la préfecture ni la mairie qui le payent.

La préfète, Fabienne Buccio, a promis de faire un point d'ici deux semaines et de, peut-être ajuster les mesures. La foire aux plaisirs de Bordeaux est censée débuter le 9 octobre. Est-ce que vous avez des propositions à faire à la préfecture ?

Je ne connais pas cette dame mais elle a pris cet arrêté sans nous concerter. Aujourd'hui on prépare un recours, et ce jeudi midi, elle ne nous a toujours pas contacté via la Fédération, donc ça c'est un manque de respect pour notre profession. Ensuite, on a préparé des protocoles sanitaires avec la Fédération. A chaque stand il faut la distanciation, les masques, le nettoyage. Dans les allées, et on a la chance à Bordeaux d'avoir l'une des plus belles et grandes places d'Europe, on peut mettre en place un sens de circulation. On peut contrôler, les vigiles sont déjà là depuis plusieurs années. S'il y a bien une fête en France où l'on peut faire respecter les mesures sanitaires, c'est aux Quinconces !

La foire aux plaisirs, c'est 163 forains, 40 pour la fête de Pauillac et 20 à Saint-Hélène. Vous demandez aussi des compensations pour ces annulations. Aujourd'hui vous n'avez pas d'aide ?

Que les 1500 euros du gouvernement. Mais avec ça vous ne couvrez même pas les frais bancaires. A l'ouverture à Bordeaux, on devait faire une soirée caritative et reverser 35 000 euros pour le CHU Pellegrin, en remerciement au personnel soignant. On a aussi engagé 65 000 euros de publicité pour annoncer la foire aux plaisirs. Donc tout ça, si c'est annulé, ça finira devant le tribunal. Mais on va aller plus loin, on va fournir les chiffres d'affaires de chacun des forains et demander une prise en charge. Il faut savoir qu'aujourd'hui, au lieu d'avoir un code APE comme toute profession, on en a sept car on dépend de sept ministères différents. Cela aussi complique énormément le dialogue pour les compensations. Lundi prochain, on a un rendez-vous à  Matignon, on compte demander au Premier ministre qu'il nous mette sous la tutelle d'un seul ministère.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess