Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Après la mort d'un homme lors d'une expulsion à Chambéry, les voisins sont sous le choc

REPORTAGE et VIDEO - Mercredi, en Savoie, un homme de 52 ans est mort d'un malaise cardiaque lors de son expulsion d'un logement qu'il occupait sans bail avec sa famille sur les hauteurs de Chambéry. Les voisins témoignent.

L'appartement squatté a été placé sous scellés
L'appartement squatté a été placé sous scellés © Radio France - Christophe Van Veen

Chambéry, France

La famille vivait depuis un an sans bail dans cet immeuble vétuste, quartier Bellevue, à Chambéry. Arrivée de la Drôme en octobre 2017, la famille avait déjà squatté un autre logement avenue des Grandes Chartreuses, à Chambéry, avant d'en être expulsée.

Le 4 octobre 2018, le tribunal de grande instance de Chambéry ordonne l'expulsion de l'appartement rue Albert Périol, expulsion mise en oeuvre par le préfet de Savoie. C'était mercredi la troisième tentative d'expulsion depuis le mois de juin. 

L'homme de 52 ans a fait un malaise cardiaque. D'après la directrice de la sécurité publique, les policiers ont fait un massage cardiaque en attendant l'arrivée des secours. Ils ont tenté de le réanimer. L'IGPN - la police des polices - a été saisie.

Dans l'immeuble, on est sous le choc. "Je suis éberluée, je suis sous le choc, je ne réalise pas, c'est un gâchis" déclare à France Bleu Pays de Savoie une proche voisine. 

Mourir pour un logement insalubre

Hors micro, Karim ne mâche pas ses mots : "Mourir pour un logement de merde dans un immeuble de merde... ça me fout en l'air". Il le dira avec des mots plus choisis à notre micro, mais sur le fond, son indignation est la même : " C'est sûr qu'il n'a pas respecté la loi. Il a juste voulu donner un toit à ses enfants et à sa femme. Sur le plan légal, il a fait de la merde. Mais humainement, il était un homme extraordinaire."  

Karim : "Mourir pour un logement insalubre, c'est choquant."

L'appartement était vide depuis trois ans. "Alors ceux qui en ont besoin ont bien le droit de le prendre ! " renchérit Yasmine. 

L'immeuble de Chambéry - Radio France
L'immeuble de Chambéry © Radio France - Christophe Van Veen

Pas de coups des policiers, mais une intervention "musclée"

Sur place, les témoins affirment qu'il n'y a pas eu de violences policières, pas de coups portés. Mais comme le quinquagénaire était particulièrement véhément, l'interpellation a été "musclée" comme le raconte Yasmine. 

D'après tous les voisins, les soucis de santé seraient connus des policiers. Une policière aurait même confié à Yasmine qu'"on savait qu'il était malade mais pas à ce point." Yasmine a recueilli la femme de la victime juste au moment du drame. Elle raconte à France Bleu Pays de Savoie.

Yasmine : "Un homme malade, de 50 kilos. C'était pas un ange mais on peut faire autrement, non ?"

Le parquet de Chambéry et la police des polices devront faire la lumière. Dans le passé, l'homme aurait fait mention de ses problèmes de santé. Aucun médecin n'était présent mercredi. 

Sur France Bleu Pays de Savoie, Laëtitia Philippon, la directrice départementale de la sécurité publique en Savoie, a déclaré que personne n’a dit aux policiers que cet homme était cardiaque : « Il leur a été dit que cet homme était malade, sans plus de précisions. Ils avaient affaire à un individu excité qui a cassé des vitres, qui voulait s’en prendre à l’huissier. Ils l’ont interpellé avec la force strictement nécessaire.  Il n’y a pas eu de bagarre, si on peut parler ainsi. De là, à imaginer que cet homme avait de gros problèmes cardiaques, c’est quelque chose que les policiers ne savaient pas ».

La vidéo qui fait le "buzz"

Comme de plus en plus souvent dans ce genre d'intervention policière, la scène a été filmée sur smartphone par un voisin. Partagée sur les réseaux sociaux, on y voit le quinquagénaire menotté embarqué de force jusqu'à la voiture de police. La vidéo est coupée. On ne sait comment l'homme est hissé dans la voiture. 

► Ce que ne montre pas non plus le film, c'est le massage cardiaque prodigué par les policiers sur place. "Ils ont d'ailleurs fait repartir le pouls en attendant l'arrivée des secours" d'après  la directrice départementale de la sécurité publique. L'homme a été "démenotté". Le film ne le montre pas non plus. C'est dans la voiture qu'aurait eu lieu le malaise cardiaque fatal. 

Il existe une version intégrale qui montre ce qui s'est passé dans l'immeuble. Cette version aurait été vendue à une chaîne de télévision. Une prime d'exclusivité qui dégoûte certains. "C'est une honte de faire du fric sur la mort d'un homme". La vidéo que nous relayons ici est confiée par un habitant, gratuitement.