Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Après la noyade de Salim à Terrasson, ses parents pourraient attaquer la ville

mercredi 19 août 2015 à 12:33 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord

Le 30 juillet dernier, Salim, 11 ans, se noyait dans le petit bassin de la piscine de Terrasson en Dordogne. Alors que l'enquête est toujours en cours, l'avocat de la famille du garçon se constitue partie civile et envisage de porter plainte contre la ville.

La piscine de Terrasson où a lieu le drame
La piscine de Terrasson où a lieu le drame © Radio France

Moins d'un mois après la noyade de Salim, 11 ans, dans la piscine municipale de Terrasson en Dordogne, la famille du garçon a décidé de se porter partie civile.

"Une procédure a été ouverte au pénal pour homicide involontaire et cela va nous permettre d'accéder au dossier et de disposer d'éléments techniques," explique Hervé Benichou, l'avocat des parents et frères de Salim.

La mort de Salim, aspiré par une bonde d'évacuation de la piscine, n'apparaît pas "réaliste" aux parents et à leur défense. "Salim savait nager depuis cinq ans , il mesurait 1 mètre 50, faisait du judo, ne souffrait d'aucun malaise, et pourtant, il s'est noyé dans 20 à 50 cm d'eau..." souligne Maître Bénichou.

"Pour faire leur deuil, les parents ont besoin de comprendre" — Maître Hervé Bénichou

L'avocat préfère utiliser le conditionnel, mais selon lui, plusieurs fautes auraient conduit à la mort de Salim . "Un manquement aux règles de sécurité puisque la clé d'accès à la trappe située près de la pataugeoire n'était pas disponible. Il manquait une grille solide sur la bonde d'évacuation et il y aurait aussi eu une défaillance au niveau du bouton d'arrêt d'urgence. " indique Hervé Bénichou.

Tous ces éléments pourraient conduire la famille à engager une procédure administrative contre la ville et son maire . "Pour faire leur deuil, les parents ont besoin de comprendre, ils ne sont pas en recherche de vengeance," conclut l'avocat.

Salim procedures / SON B