Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Après la pédagogie, les gendarmes punissent les contrevenants au couvre-feu

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Pendant les vacances de Noël, les gendarmes de la Drôme vont multiplier les contrôles le long de l'autoroute A7 et de la Nationale 7 entre 20 heures et 22 heures. Ça a commencé dès ce vendredi 18 décembre, à la barrière de péage de Loriol-sur-Drôme.

Devant la barrière de péage de Loriol-sur-Drôme, les gendarmes arrêtent les automobilistes pour les contrôler ce vendredi 18 décembre.
Devant la barrière de péage de Loriol-sur-Drôme, les gendarmes arrêtent les automobilistes pour les contrôler ce vendredi 18 décembre. © Radio France - François Breton

Les gendarmes de la Drôme durcissent le ton sur le couvre-feu. Depuis mardi 15 décembre, il est interdit de sortir de chez soi entre 20 heures et 6 heures, sous peine d'amende. Il existe quand même quelques dérogations, notamment pour rentrer du travail ou aller se faire soigner. 

Ce vendredi soir, environ 25 gendarmes contrôlent les véhicules à la sortie de l'autoroute A7. Une dizaine de militaires sont postés juste devant la barrière de péage. "Bonjour Monsieur, pouvez-vous me montrer votre attestation de sortie ou votre justificatif ?" Les voitures s'enchaînent, les questions se répètent et les gendarmes sont intransigeants. "C'est une application très stricte du couvre-feu, explique le colonel Christophe Deshayes, à la tête du groupement de gendarmerie de la Drôme. Nous demandons l'attestation et le justificatif qui va avec."

Pas question de cocher la case "motif familial impérieux" sans avoir avec soi un document le prouvant. "Il ne suffira pas de dire « Ma grand-mère est malade »", avertit le colonel Deshayes. L'amende sera de 135 euros. 

Éviter une troisième vague

"Nous ne voulons pas de troisième vague. Des secteurs sont déjà en grande souffrance : le monde de la culture, le monde de l'hôtellerie restauration, le monde de la montagne. Les hôpitaux sont toujours en tension dans la région. Alors soit nous sommes très strict, très rigoureux et les gens se responsabilisent, soit à la rentrée au mois de janvier, ça va être terrible", conclut le colonel. Les gendarmes vont multiplier les contrôles tout au long des vacances, particulièrement le soir de 20 heures à 22 heures.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess