Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Après la pose de scellés par la ville sur un chantier à Limoges, le propriétaire passe à l'offensive

-
Par , France Bleu Limousin

Le propriétaire du terrain où la ville de Limoges a posé des scellés pour stopper un chantier en début de semaine a décidé de réagir. A ses yeux, ses origines ne sont pas étrangères à ses problèmes.

A gauche, le terrain gravillonné où vit normalement Johnny et sa famille. A droite, la parcelle où l’amiante a été enfouie et à laquelle il n'a jamais touché
A gauche, le terrain gravillonné où vit normalement Johnny et sa famille. A droite, la parcelle où l’amiante a été enfouie et à laquelle il n'a jamais touché © Radio France - Jérôme Ostermann

Limoges, France

Le propriétaire du terrain où la ville de Limoges a posé des scellés pour stopper un chantier ce lundi, a décidé de réagir. En réalité, ce site n'est pas classé Seveso. C'est confirmé par la préfecture. Et comme le lui a demandé l'ancien propriétaire, la société Valéo, il n'a jamais touché à la parcelle où de l'amiante a été enfouie lors du départ de l'équipementier automobile. D'où le désarroi de Johnny. Ce père de deux enfants, issu de la communauté des gens du voyage, vit sur ce terrain dans sa caravane depuis 1998. Question de confort, il a voulu se raccorder à l'eau, à l’électricité et avoir un tout à l’égout. 

Ils m'ont dit clairement qu'ils ne voulaient plus de gitans sur ce terrain

Pour ne plus avoir les pieds dans la boue, il a aussi fait venir des bennes de gravillons pour terrasser son terrain. C'est là que ses ennuies avec le voisinage ont commencé :"Je vis sur ce terrain depuis des années et jusqu'à maintenant, je n'avais jamais eu de problème. Je pense honnêtement que cela vient des voisins. Ils m'ont dit clairement qu'ils ne voulaient plus de gitans sur ce terrain et qu'ils allaient faire le nécessaire à la mairie. Ça aurait été une autre personne, ils ne l’auraient pas fait. Je suis catégorique là dessus. Il va falloir trouver une solution car je ne céderai pas.

Johnny est d'autant plus remonté que selon lui, les travaux entrepris jusque là ont été faits dans les règles :"Je ne comprends vraiment pas. Ils nous parle de branchements illégaux. Mais on a un compteur électrique avec l'autorisation de la mairie. Pareil pour le tout à l’égout. Et l'eau, c'est la même chose. Moi, je n'ai jamais prévu de construire sur cette parcelle. Jamais je n'ai voulu en faire une aire de gens du voyage. J'ai simplement fait passer quelques tuyaux dans les 40 cm de graviers qui m'ont servi à terrasser. Et jamais je n'ai touché au terrain où se trouve l'amiante."

Johnny affirme n'avoir jamais touché à la parcelle où est enfouie l'amiante

Car il y a bien de l'amiante enfouie sur ce terrain classé en ICPE (Installations Classées pour la Protection de l'Environnement). Mais selon Johnny, elle est enfouie sur une parcelle sur laquelle il ne va jamais, à la demande de l'ancien propriétaire :"Valéo peut le confirmer. A chaque fois qu'ils viennent, ils m'en parlent en disant de ne jamais toucher à ce terrain. Et jusqu'à maintenant, je n'y ai jamais touché. D'ailleurs, c'est Valéo qui s'en occupe encore pour tondre ou monter la clôture. Depuis la pose des scellés, j'ai l'impression qu'ils ne veulent plus trop entendre parler de moi. Après, il faut savoir que la DRIRE (Direction régionale de l'industrie de la recherche et de l'environnement) est venue faire des travaux pour enfouir l'amiante dans des sacs à neuf mètres de profondeur. On creuserait un mètre, ça ne changerais rien. Mais on m'a dit de ne pas y toucher alors je n'y touche pas."

Finalement, tout ce que veut Johnny, c'est de pouvoir finir son terrassement et son raccordement pour avoir plus de confort dans sa caravane sur son terrain avec sa famille. Il espère trouver une solution lors de sa rencontre avec le maire et son équipe prévue le 29 août prochain. Notamment pour les éléments de charpente (voir ci-dessous) où un scellé a aussi été posé alors qu'ils sont destinés à un client. Si aucun accord n'est trouvé, il n'est pas loin de menacer. Dans ce cas, il se dit prêt à "donner le terrain à la communauté Vie et Lumière. Dans ce cas, il y aura bien plus qu'une seule caravane" sur ce site coincé entre la zone commerciale nord et un quartier d'habitation. 

Ces éléments de charpente sont sous scellé depuis lundi alors que selon Johnny, ils sont destinés à l'un de ses clients.  - Radio France
Ces éléments de charpente sont sous scellé depuis lundi alors que selon Johnny, ils sont destinés à l'un de ses clients. © Radio France - Jérôme Ostermann