Faits divers – Justice

Après le crash, l'aéroclub de Saint-Rémy-de-Maurienne ferme ses portes

Par Nicolas Peronnet, France Bleu Pays de Savoie mercredi 31 août 2016 à 16:03

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Maxppp

L'Aéroclub de Saint-Rémy-de-Maurienne (Savoie) ferme ses portes, pour une durée indéterminée. La décision fait suite au crash qui a fait deux morts jeudi dernier, et créé une vive polémique dans la commune.

Verra t'on un jour décoller à nouveau des avions de l'aérodrome de Saint-Rémy-de-Maurienne (Savoie) ? Rien n'est moins sûr. L'activité est totalement suspendue après le crash d'un petit avion de tourisme qui a fait deux morts jeudi dernier, l'ancien président de l'aéroclub et son gendre. L'appareil s'était écrasé peu après son décollage sur une route départementale à quelques mètres des maisons. Le drame avait rendu furieux le maire Christian Rochette, qui depuis plusieurs années craignait un tel accident, en raison de la proximité des habitations.

"L'activité est suspendue en respect aux victimes et leur famille".
Yves Loisel, le président de l'aéroclub

Cette fermeture n'est pourtant pas directement liée à la vive polémique qui a secoué la commune suite aux propos du maire. Selon Yves Loisel , le président de l'aéroclub "Les ailes de Maurienne", la décision a été prise ce week end par les licenciés, pour respecter la mémoire des victimes et ne pas perturber le deuil des familles : "J'ai réuni tous les pilotes du club. Nous avons pris tous ensemble la décision de geler les activités. Même si je comprends la colère du maire, il ne faut pas envenimer les choses avec des polémiques. Ça fait presque trente ans que cette plate-forme existe et c'est la première fois que nous sommes confrontés à un accident mortel".

ECOUTEZ Yves Loisel, le président de l'aéroclub "Les ailes de Maurienne"

Le maire maintient la pression 

Le maire de Saint-Rémy-de-Maurienne espère que cette fermeture va permettre "une prise de conscience". Christian Rochette maintient toutefois sa demande de table ronde avec les services de l'aviation civile, de la préfecture, et des services de secours. Si il est impossible d'éviter le survol de zones habitées, il assure qu'il exigera la fermeture administrative de l'aéroclub, qui serait cette fois définitive.

L'aéroclub "Les Ailes de Maurienne" compte 40 licenciés, qui au total effectuent environ 400 heures de vol par an. En attendant les conclusions de l'enquête confiée au BEA et la gendarmerie des transports aériens, on ne connait toujours pas les raisons exactes du drame.

Partager sur :