Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Après le décès d'un jeune homme percuté par un train, le parquet de Vienne ouvre une information judiciaire

mardi 28 novembre 2017 à 9:46 - Mis à jour le mardi 28 novembre 2017 à 18:11 Par Céline Loizeau, France Bleu Isère et France Bleu

Une semaine après le décès du jeune Joail, une information judiciaire a été ouverte ce mardi par le parquet de Vienne, en Isère.

Jérôme Bourrier, procureur de la République de Vienne.
Jérôme Bourrier, procureur de la République de Vienne. © Maxppp - PHOTO PQR/DL

Vienne, France

Les suites de la mort d'un jeune homme de 19 ans la semaine dernière, percuté par un train, alors qu'il fuyait la police municipale. Le procureur de la République de Vienne fait savoir ce mardi matin qu'il avait ouvert une information judiciaire en recherche des causes de la mort. Un juge d'instruction est donc saisi. "Cette saisine d’un juge d’instruction a pour vocation d’établir de manière précise toutes les circonstances de l’accident, afin de permettre à la famille d’accéder à l’intégralité de la procédure, en se constituant partie civile si elle émet le souhait", indique Jérôme Bourrier dans son communiqué. Lundi, en fin d'après-midi, le procureur a reçu la famille de la victime en présence de son avocat.

"Affaire grave et complexe" pour Me Devers, avocat de la famille

Jeudi matin, lors d'une conférence de presse, le vice-procureur faisait savoir "à ce stade, et alors que les investigations se poursuivent, rien ne permet d'affirmer que les policiers municipaux soient intervenus directement ou indirectement dans le décès tragique de la victime" . La famille de la victime, elle, estime au contraire que la police municipale a créé un danger et n'avait à la base pas le droit d'interpeller le garçon.

L'avocat de la famille précise en cette fin de matinée que ses clients allaient se constituer partie civile dans la journée. "On aura ainsi accès à tous les éléments du dossier et si besoin demander au juge de mener des actes supplémentaires, des auditions", détaille Me Gilles Devers. Et de poursuivre : "pour le moment, c'est apprécier la désignation d'un juge d'instruction, ce qui montre que c'est une affaire grave et complexe - les critères de l'instruction. Ensuite bien dire à tout le monde qu'on n'est pas dans la phase d'accusation, mais dans la phase de connaissance des faits. Cette connaissance des faits, troisièmement, c'est la connaissance du dossier, donc c'est le travail approfondi qui va être fait. Et ensuite on verra les initiatives à prendre."

Le travail se poursuit aussi pour confondre les auteurs des violences

Suite à ce décès, des violences ont secoué plusieurs nuits plusieurs quartiers de la ville, notamment le quartier de l'Isle où habitait le jeune homme, ainsi que le quartier Estressin. La commune voisine de Pont-Évêque a aussi subi des dégâts. Un ado, interpellé dimanche soir quartier Malissol, a vu, lundi soir, sa garde à vue prolongée. Ce mardi fin d'après-midi, selon le parquet, il a été déféré au tribunal pour une mise en examen devant un juge des enfants. On apprenait aussi ce mardi, toujours en lien avec ces faits de dimanche, qu'un deuxième ado, âgé de 17 ans, avait été interpellé dans la journée. Il a été remis en liberté en fin d'après-midi, faute d'éléments à son encontre à ce stade de l'enquête. Vendredi soir déjà, trois jeunes avaient été arrêtés : deux ont été laissés libres et le 3e aura affaire à la justice prochainement via une CRPC, une procédure de plaider-coupable.

Quant aux funérailles du jeune garçon, elles sont prévues ce mercredi selon l'avocat de la maman.