Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Après le drame de Bessens, comment sont contrôlés les arbres dans les établissements scolaires

-
Par , France Bleu Occitanie

Au lendemain de la chute d'un marronnier dans une école à Bessens, la question se pose de savoir comment sont surveillés les arbres dans les établissements scolaires. Au niveau de l'académie de Toulouse, un document unique d'évaluation des risques permet de signaler les dangers.

Trois enfants ont été blessés jeudi par la chute d'un arbre dans la cour de récréation de l'école Jules Ferry à Bessens dans le Tarn-et-Graonne
Trois enfants ont été blessés jeudi par la chute d'un arbre dans la cour de récréation de l'école Jules Ferry à Bessens dans le Tarn-et-Graonne © Radio France - Théo Caubel

Bessens, France

Ce sont les racines du marronnier centenaire de l'école Jules Ferry à Bessens qui sont à l'origine de sa chute jeudi soir sur trois enfants. Le procureur de la République de Montauban a dévoilé vendredi soir les premiers éléments de l'enquête. L'arbre avait un mauvais encrage au sol, quasi indétectable.

Aucun signalement n'avait d'ailleurs était fait. "Cette école, comme tous les établissements de l'académie, possède un document unique d'évaluation des risques sur lequel sont indiqués les événements particuliers, précise Anne-Bisagni Faure, rectrice de l'académie de Toulouse. Et en l'état actuel des connaissances de mes services, il n'y avait eu aucun signalement dans cette école."

Des agents de maintenances chargés de la surveillance

En revanche si une anomalie est détectée, elle est remontée à l’académie qui prend les mesures nécessaires. En revanche aucun contrôle extérieur n'est effectué.

Dans les structures plus importantes et qui possèdent un agent de maintenance, c'est lui qui est en charge de détecter d'éventuels problèmes. C'est le cas dans le département de la Haute-Garonne où chaque collège en possède un. "Il intervient périodiquement sur le patrimoine végétal et il est sensibilisé pour pouvoir donner l'alerte s'il trouve un problème", explique Nathalie Escoula en charge de la maintenance des collèges dans le département de la Haute-Garonne.

En cas d'anomalie, l'agent de maintenance procède à un élagage. Si l'arbre doit être abattu, ce sont les services du département qui interviennent voire une entreprise externe. L'Office national des forêts effectue également des contrôles dans les zones boisées des collèges du département.

Un séquoia abattu au collège Fabre à Rodez

"C'est des cas assez rare, ajoute Nathalie Escoula. On a eu quelques zones assez arborées où il y avait plusieurs arbres dont le système racinaire posé soucis. Suite à ça, l'Office national des forêts à mis en place un plan d’abattage et les différents services du conseil départemental ont procédé à la coupe." Le département de Haute-Garonne compte 838 arbres répartis sur ses 95 collèges. 

Il y a plus d'un mois, en Aveyron cette fois-ci, c'est le séquoia centenaire du collège Joseph Fabre à Rodez qui a été abattu. L'arbre était malade et il poussait de manière difforme. Il était devenu une menace potentielle pour les élèves et le bâtiment. 

Choix de la station

France Bleu