Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Violences après la mort de deux jeunes du quartier Mistral, à Grenoble

Après le drame de Mistral : l'appel à témoins des familles de Fatih et d'Adam

jeudi 14 mars 2019 à 16:28 Par Véronique Pueyo, France Bleu Isère

Les familles d'Adam et Fatih lancent un appel à témoins, après la mort le 2 mars au soir au pont de Catane, à Grenoble, du jeune homme de 17 ans et de son ami, Fathi, 19 ans. Tous deux ont été tués dans un accident de scooter, alors qu'ils tentaient d’échapper à un contrôle de police.

Les deux amis, Fatih, à gauche et Adam, à droite sur la photo
Les deux amis, Fatih, à gauche et Adam, à droite sur la photo - Famille

Grenoble

Une instruction judiciaire est en cours, mais les proches des deux adolescents ne veulent pas rester inactifs et lancent leur propre appel a témoins. Ils souhaitent retrouver des témoins de l'accident qui a coûté la vie à Fatih et Adam et en comprendre les circonstances.

Ils ont donc édité et affiché des tracts dans plusieurs quartiers, dont celui de Saint Bruno, avec un numéro de téléphone dédié pour recueillir les appels, le 0644203700.

L'appel à témoins a été placardé un peu partout à Grenoble - Radio France
L'appel à témoins a été placardé un peu partout à Grenoble © Radio France - Justine Dincher

Leur avocat, Maitre Girault, explique le sens de leur démarche : " La justice avait dit aux familles qu'elles auraient accès à l'instruction, qu'on les tiendrait au courant. Pour l'instant, nous n'avons obtenu aucune réponse à nos appels et nos mails. Je ne sais même pas à quel juge envoyer ma constitution de partie civile. C'est pour cela aussi que les familles lancent, de leur propre initiative, cet appel à témoins."

Que vont-ils faire des appels qu'ils vont recevoir ? Maitre Girault est clair : " Pas question de nous substituer à la police. Nous voulons juste recenser les coordonnées des personnes qui appelleront pour vérifier ensuite qu'elles auront bien été entendues par les enquêteurs. Mais on ne recueillera pas leur témoignages à proprement parler, pour ne pas qu'on nous accuse de les instrumentaliser. "

C'est l'oncle d'Adam qui eu cette idée : "On ne voulait pas rester là, à ne rien faire. C'est aussi une façon, pour nous, de surmonter la douleur, en étant utile. Pour la mémoire de mon neveu et celle de Fatih."

Un des nombreux graffitis, que l'on peut voir dans Grenoble - Radio France
Un des nombreux graffitis, que l'on peut voir dans Grenoble © Radio France - Véronique Pueyo

L'ambiance dans le quartier Mistral s'est apaisée. Les émeutes se sont calmées, à l'appel notamment des proches des deux victimes et grâce à l'important dispositif policier mis en place.

Le 4 mars, à la reprise des cours, après les vacances, les jeunes du lycée des Eaux Claires où Adam était scolarisé en Terminale ont respecté une minute de silence.

Sur le lieu du drame, Pont de Catane, une grande banderole a été accrochée sur laquelle on peut lire : "Fatih, Adam, plus jamais çà!" Les roses blanches, accrochées par les familles, le jour de la marche blanche, le 6 mars dernier, ont fané.