Faits divers – Justice

Après le meurtre de Calais, surveillance mais sans psychose dans les parcs de la Loire

Par Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 16 avril 2015 à 17:23

Une aire de jeux pour enfants (image d'illustration)
Une aire de jeux pour enfants (image d'illustration) © Radio France - / Aurélie LAGAIN

Le suspect interpellé après l'enlèvement, le viol et le meurtre de Chloé mercredi à Calais a reconnu son "implication" dans la mort de la petite fille de 9 ans. Chloé a été enlevée sous les yeux de sa mère alors qu'elle dans une aire de jeux pour enfant. Son corps a été retrouvé moins de deux heures plus tard.

Les drapeaux ont été mis en berne à Calais. Une marche blanche est organisée ce jeudi soir. La commune est sous le choc après le viol et le meurtre de Chloé mercredi. Le suspect interpellé dans la soirée a reconnu son "implication" dans la mort de la petite fille de 9 ans. Ce Polonais de 38 ans,  déjà été condamné. Le Premier ministre Manuel Valls a assuré  que toute la vérité serait faite pour comprendre son itinéraire.

Chloé a été enlevée sous les yeux de sa mère mercredi après-midi alors qu'elle dans une aire de jeux pour enfant. Un drame terrible pour les parents. Pour autant, dans la Loire, dans les parcs de Saint-Chamond, le discours des parents est unanime : il faut à la fois surveiller et protéger les enfants tout en les laissant jouer librement.

Calais Parc sécurité ENRO

Marie-Jo, qui garde deux enfants raconte qu'elle "se met dans les axes pour pouvoir les voir (car) on n'est à l'abris de rien ". Au jardin des Plantes dans le centre-ville, Geoffrey surveille sa fille qui saute d'un tronc d'arbre à un autre même si pour lui le parc doit rester un espace de liberté "est ce qu'il faut leur installer une balise GPS ? " se demande-t-il, pas sur que se soit la bonne réponse estime ce jeune papa.

Calais Parcs sécurité BOB

A Fonsala, Nathalie, maman de trois enfants âgés de 4 à 9 ans a choisi de responsabiliser ses petits sans verser dans la paranoia "Les mauvaises rencontres on peut leur en parler mais sans verser dans la psychose ". Nathalie qui estime que déjà, en tant que parent, elle a tendance a surprotéger ses enfants et qu'il faut éviter de les inquiéter.