Faits divers – Justice

Après les attentats à Bruxelles, l'inquiétude des salariés de l'aéroport de Roissy-Charles-De-Gaulle

Par Thomas Pontillon, France Bleu Paris et France Bleu jeudi 24 mars 2016 à 6:00

le hall de l'aéroport de Roissy
le hall de l'aéroport de Roissy © Radio France - Thomas Pontillon

Après les attentats de mardi en Belgique qui ont visé l'aéroport de Bruxelles, une partie des salariés de Roissy ne cachent pas leur inquiétude. 90.000 personnes travaillent ici, et certains ne se "sentent pas à l'abri".

Depuis mardi et la double explosion dans le hall international de l'aéroport de Bruxelles, Choulia est inquiète. Cette salariée d'une compagnie aérienne passe sa journée dans le terminal parisien. "Maintenant je regarde partout autour de moi, tout le temps". La jeune femme a même déjà imaginé le pire. "Avec les collègues, on se dit que si ça arrive on glissera sur les tapis et on ira derrière. On en parle beaucoup. On essaye de s'imaginer des passages."

ITW de Choulia, une salariée à Roissy

Beaucoup de stress

« Depuis le 13 novembre, on est plus vigilant, on regarde plus les passagers et on fait attention aux bagages abandonnés. Avant, je vous le dis franchement, quand y’avait un bagage abandonné il fallait évacuer tout le monde, ça donnait plus de travail alors on attendait plutôt que le propriétaire vienne chercher sa valise. Mais aujourd’hui, on donne l’alerte direct » explique la jeune femme. Un constat d’inquiétude confirmé par Philippe, il est superviseur d’une équipe qui se trouve au guichet. « Il y a beaucoup de stress. On essaye de rassurer, d’expliquer qu’il y a des mesures prises. Mais c’est vrai il faudrait plus de policiers, une présence plus visible parce qu’aujourd’hui on ne se sent pas en sécurité, même si on sait qu’on fait un métier à risque. En plus on a quand même des collègues fichées S qui travaillaient en piste. Alors on nous demande de maintenir la sécurité, d’afficher un grand sourire pour les clients et en plus il faut regarder dans son dos. ».

ITW de Philippe, un salarié à Roissy

REPORTAGE à Roissy dans le terminal des vols internationaux

l'interieur de l'aéroport - Radio France
l'interieur de l'aéroport © Radio France - Thomas Pontillon

Bernard Cazeneuve à Roissy pour voir le dispositif de sécurité

Le ministre de l’intérieur a rencontré les différentes forces de sécurité de l'aéroport: police aux frontières, douaniers, démineurs, gendarmerie et tireurs d'élites sur les pistes, les remerciant d'avance pour leur "vigilance renforcée lors du week-end de Pâques". "Nos chiens ont été mis à niveau pour détecter le TATP (employé dans les ceintures explosives des jihadistes du 13 novembre, ndlr)", lui a expliqué sur le tarmac un gendarme de la brigade cynophile. "Ce sont aujourd'hui 5.000 policiers et gendarmes qui sont responsables du contrôle aux frontières", a affirmé Bernard Cazeneuve. "Notamment sur la frontière septentrionale, ce sont 42 points de passages contrôlés en permanence, 24/24h (..) sur 220 points de passages au global, les autres étant contrôlés de façon plus aléatoires", selon le ministre de l'Intérieur.