Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Après les attentats, des jeunes sèment la panique dans le TER Avignon-Perpignan

Salses-le-Château, France

Profitant de la psychose autour des attentats de Paris, des jeunes diffusent un message menaçant dans un TER Narbonne-Perpignan, parti d'Avignon mercredi soir. Le contrôleur a eu le bon réflexe, les passagers en sont quitte pour une belle frayeur.

TER (illustration)
TER (illustration) © Maxppp

Mercredi soir, dans le TER Narbone-Perpignan (parti d'Avignon), un groupe de jeunes a réussi à s'emparer du micro permettant au personnel de la SNCF de diffuser des messages dans le train. Après avoir parlé et diffusé des prières en arabe (personne ne sait s'il s'agissait d'une simple imitation ou de propos réels) les jeunes ont ensuite menacé de mort  les passagers en circulant dans les allées, leur demandant de déposer leurs téléphones portables.

Le contrôleur du train a eu alors le bon réflexe, celui de regrouper aussitôt les passagers, une vingtaine au total, dans le deuxième wagon et de fermer la porte à clé. Il a aussi donné l'alerte aux forces de l'ordre.

Quelques minutes après, le train arrivait en gare de Salses (Pyrénées-Orientales), le service de sécurité de la SNCF et les gendarmes étaient déjà sur place. Deux jeunes filles ont été aussitôt interpellées. Quatre garçons ont réussi à prendre la fuite mais ont été appréhendés peu après, cachés dans la pénombre près de la D900 en direction de Fitou.

Les deux jeunes filles, mises hors de cause, ont été relâchées, les quatre garçons sont en garde à vue. Il s'agirait de jeunes, inconnus des services de police, originaires de l'Hérault qui sont montés dans le train à Béziers. Ils n'avaient sur eux aucune arme.

Au final le train a pu repartir sur Perpignan avec un énorme retard, aucun vol n'a été commis, aucun passager n'a été physiquement agressé, mais tous ont été forcément très choqués par cet incident. Toutes les victimes sont ou vont être entendues par les gendarmes pour savoir plus précisément ce qui s'est passé dans ce train.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu