Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Après les attentats, le secourisme plébiscité dans l'Hérault

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu
Montpellier, France

Depuis les attentats de Paris, beaucoup de Français se demandent comment être utiles. Dans l'Hérault, comme ailleurs en France, certains ont choisi de s’inscrire à une formation de secourisme. La Croix Rouge dans le département a enregistré une hausse des demandes de 27%.

illustration formation de premiers secours
illustration formation de premiers secours © Maxppp

Certains ont eu un déclic devant la télévision, le 13 novembre dernier, en regardant les images des attentats de Paris. Pour Pierre, inscrit à Montpellier, ce fut même "un électrochoc".

La Croix Rouge de l'Hérault a enregistré un impressionnant regain d'intérêt pour le secourisme. +27% de demandes depuis les attentats dans le département.

Reportage lors d'une formation de Premiers Secours à Montpellier.

Cet afflux aujourd'hui n'étonne pas Clément Marragou, le directeur dans l’Hérault de l'urgence et du secourisme de la Croix-Rouge. "Finalement, les gens, quand ils sont confrontés à cette situation, leur premier souhait est de pouvoir s’y préparer pour la prochaine fois."

Comme souvent, il y a une prise de conscience dans les moments tragiques. "C’est ce que l’on constate sur les accidents de la route, ou les accidents domestiques. Ces gens l’ont vécu finalement devant la télé, par procuration", reconnaît Clément Marragou.

Traiter les choses bénignes, les petits bobos, mais aussi les plus accidents graves. La formation de base dure huit heures, soit une journée, ou deux demi-journées. Le tout pour 60 euros par personne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess