Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Après les incidents de samedi à Montpellier, deux personnes jugées en comparution immédiate

lundi 16 avril 2018 à 11:19 Par Guillaume Roulland et Thomas Biet, France Bleu Hérault et France Bleu

Après les incidents de samedi après-midi à Montpellier, deux personnes seront jugées en comparution immédiate ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel. Dans le même temps, le préfet de l'Hérault et le directeur départemental de la sécurité publique s'exprimeront depuis la préfecture.

Plusieurs vitrines du centre ville ont été saccagées lors de la manifestation
Plusieurs vitrines du centre ville ont été saccagées lors de la manifestation © Radio France - Thomas Biet

Montpellier, France

Cinquante-et-une personnes ont été arrêtées samedi à Montpellier après les incidents qui ont éclaté pendant un rassemblement de cheminots, étudiants et retraités contre la politique du gouvernement. Après les gardes à vue du week-end, deux d'entre elles seront jugées ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Montpellier selon la procédure de comparution immédiate.

A peu près au même moment, Pierre Pouëssel, préfet de l'Hérault, et Jean-Michel Porez, directeur départemental de la sécurité publique de l'Hérault, donneront un point presse suite aux incidents qui ont éclaté en marge de la manifestation. De violents affrontements ont opposé les CRS à quelques dizaines de militants de la mouvance d'ultra-gauche.

La manifestation avait été immédiatement bloquée quand elle était partie du Peyrou en descendant vers le boulevard du Jeu-de-Paume. Une dizaine de CRS avaient alors bloqué le passage, ce qui avait entraîné un premier affrontement avec les militants.

Ces derniers avaient fini par reculer et le cortège était retourné sur la place pour se diriger vers le centre-ville via la rue Foch. C'est en retournant sur le boulevard du Jeu-de-Paume, par le bas cette fois, que plusieurs commerces ont été dégradés (vitrines cassées, peintures sur les façades) et quelques poubelles incendiées.

Le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, avait dénoncé les violences commises en marge de la manifestation et annoncé l'arrestation de 51 personnes à Montpellier (arrêtées route de Mende dans une nasse policière).