Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Après les incidents du 14 juillet, trois maires côte-d'oriens interpellent le gouvernement

mercredi 19 juillet 2017 à 15:18 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne et France Bleu

Comme chaque année, les festivités du 14 juillet ont été suivies d'incendies de voitures et de feux de poubelles. Les maires de Chenôve, Dijon et Talant ont décidé d'écrire une lettre commune qu'ils ont envoyée à la Ministre de la Justice et au Ministre de l'Intérieur

(photo d'illustration)
(photo d'illustration) © Maxppp - Etienne Gatheron

Côte-d'Or, France

Trois maires côte-d'oriens déplorent les incidents qui ont suivi les festivités du 14 juillet dans leurs communes. François Rebsamen, le maire PS de Dijon, Thierry Falconnet le maire PS de Chenôve et Gilbert Menut, le maire LR de Talant ont rédigé une lettre en commun pour interpeller les ministres de la Justice et de l'Intérieur.

Voitures incendiées et poubelles détruites

Dans cette lettre, ils expliquent qu'une dizaine de voitures ont été incendiées à Dijon, et que des poubelles ont été détruites. " Chaque année ce chiffre gonfle, chaque année nos concitoyens nous font part de leur colère légitime, cette année encore, " précise le document. " Les 14 juillet et les 31 décembre sont devenus des jours d'angoisse et de crainte pour de nombreux Français, et ces jours de stress sont insupportables. "

Les trois maires insistent dans leur courrier " sur le besoin d'effectifs et de traitement judiciaire prioritaire des faits afférents."