Faits divers – Justice

Après les propos d'Eric Zemmour sur les djihadistes qu'il "respecte", le parquet de Paris ouvre une enquête

Par Géraldine Houdayer, France Bleu vendredi 7 octobre 2016 à 20:37

Eric Zemmour a déclaré qu'il "respectait" les djihadistes dans le magazine Causeur.
Eric Zemmour a déclaré qu'il "respectait" les djihadistes dans le magazine Causeur. © AFP - Emmanuel Dunand

Le parquet de Paris a ouvert, ce vendredi 7 octobre, une enquête préliminaire pour apologie du terrorisme après les propos du polémiste Eric Zemmour sur les djihadistes, qu'il dit "respecter".

Après ses propos dans le magazine Causeur, dans lequel il a dit "respecter les djihadistes", Eric Zemmour va devoir s'expliquer devant des juges. Le parquet de Paris a ouvert, ce vendredi, une enquête préliminaire pour apologie du terrorisme, après l'interview parue dans le numéro d'octobre de Causeur. Le polémiste y déclare : "Je respecte les djihadistes prêts à mourir pour ce en quoi ils croient - ce dont nous ne sommes plus capables."

"Je respecte les djihadistes prêts à mourir pour ce en quoi ils croient - ce dont nous ne sommes plus capables." - Eric Zemmour

"Je ne pense pas que les djihadistes soient des abrutis ou des fous", explique-t-il dans ce magazine, qui met le polémiste à la une. Au journaliste qui lui demande s'il respecte "des gens qui roulent en camion sur des enfants", en référence à l'attentat du 14 juillet à Nice, il répond: "Quand des gens agissent parce qu'ils pensent que leurs morts le leur demandent, il y a quelque chose de respectable. C'est ainsi, les humains sont complexes, donc combattons-les, mais arrêtons de les mépriser !"

"Ces propos glorifient l'action des terroristes" - Samia Maktou, avocate de victimes d'attentats

Une avocate de victimes d'attentats, Samia Maktouf, SOS Racisme et la Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs (Fenvac) ont dénoncé tour à tour ces propos auprès du procureur de la République de Paris. Les familles considèrent que ces propos "glorifient l'action des terroristes", a déclaré Samia Maktouf. Dans un communiqué, SOS Racisme indique avoir également saisi le parquet de Paris pour des propos "intolérables en ce qu'ils justifient l'injustifiable et blessent les victimes du terrorisme et leurs proches".

Partager sur :