Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Après les révélations de l'affaire Crypto RR à Longvic, la crypto-monnaie en question

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les clients de l'association RR Crypto basée à Longvic (Côte-d'Or), ont appris ce weekend qu'ils ne reverraient sans doute jamais leur argent. Le parquet financier de Paris est chargé de l'affaire. L'occasion de se pencher sur cette monnaie virtuelle, et d'en comprendre les enjeux comme les dangers.

Le bitcoin, une monnaie virtuelle (illustration)
Le bitcoin, une monnaie virtuelle (illustration) © Maxppp - Bruno Levesque

Ils ont investi dans des monnaies virtuelles mais risquent de ne jamais retrouver leurs mises ! Les clients de l'association RR Crypto basée à Longvic, ont reçu ce week-end un message du président-fondateur de cette plateforme spécialisée en conseils en crypto monnaie, message leur indiquant que les millions d'euros d'actifs détenus par l'association avaient disparu. 

Son responsable, le Dijonnais Vincent Ropiot, est allé déposé plainte le 17 juin à la gendarmerie de Beaune pour déclarer la disparition du portefeuille de RR Crypto. Une information de nos confrères du Bien Publicconfirmée à France Bleu Bourgogne par la gendarmerie. Contacté par la rédaction le parquet de Dijon indique ce mardi 22 juin, que le dossier est désormais géré par le parquet financier de Paris. 

L'affaire transférée au parquet de Paris

La justice doit enquêter sur la disparition mystérieuse de ces fonds. Un coup dur pour les clients comme Sophie (prénom d'emprunt), qui a investi récemment, "j'ai placé 3.000 euros, mon compagnon aussi mais j'ai un proche qui a mis la somme de 35.000 euros, et aujourd'hui j'ai le sentiment d'avoir été abusée." Ce qu'elle regrette le plus, c'est de n'avoir pas attendu la fameuse certification délivrée par l'Autorité des Marchés Financiers. Une garantie promise par le responsable mais qui n'est jamais devenue réalité. "Je sais que la crypto monnaie est très volatile et j'étais prête à assumer ce risque mais pas celui d'être volée." Comme cette jeune femme, plusieurs victimes ont décidé de porter plainte à leur tour, de manière collective ou individuelle.

Sophie a récemment investie dans l'association et se sent flouée

Une monnaie virtuelle très volatile

Une affaire qui donne l'occasion de se pencher sur cette monnaie virtuelle, alternative née il y a plus de dix ans, au moment de l'affaire Lehman Brothers, et de la faillite de la banque d'investissements. Ludovic Desmedt, professeur à l'université de Bourgogne et membre du Laboratoire d'Economie à Dijon. _"C'est une monnaie basée sur des algorithmes qui gèrent les cours, ça a un effet "montagnes russes" et ça veut dire que personne ne garantit leurs valeurs contrairement aux banques traditionnelle_s." 

Ludovic Desmedt, professeur à l'université de Bourgogne et membre du Laboratoire d'Economie à Dijon sur les crypto monnaies

Avec un glissement vers la spéculation

"Une monnaie qui a rapidement opéré un glissement vers l'aspect spéculatif" souligne Laurence Attuel-Mendes, enseignante-chercheure à la BSB à Dijon. En clair on peut espérer gagner beaucoup et très vite et beaucoup mais on peut aussi perdre toute sa mise, c'est donc très risqué financièrement et ce n'est pas le seul risque lié à cette monnaie virtuelle, poursuit Laurence Attuel Mendes. "Il y d'abord le risque de perdre des clés de cryptage, ça se fait par exemple sur une clé USB et en cas de vol ou de perte, c'est toute la somme investie qui est perdue. Autre risque très important, il est écologique cette fois, car pour faire fonctionner cette monnaie, il faut faire fonctionner des ordinateurs 24 heures sur 24, dans ce qu'on appelle des "fermes de minage", et cela consomme énormément. C'est l’équivalent en un an de la consommation électrique de l’Argentine."

Laurence Attuel-Mendes, enseignante-chercheuse à la BSB à Dijon rappelle les risques liés à ces investissements virtuels.

Comment expliquer ce phénomène ?

Malgré tous ses risques,  il y a toujours des candidats y compris parmi les plus jeunes. "C'est l'appât du gain on ne va pas se mentir," explique Pierre, un dijonnais de 25 ans, qui a investi 300 euros dans des bitcoins. "Je vois sur le long terme, avec une courbe de 200% ça devrait me rapporter un peu. De toute façon vu mon âge, il n'y a rien d'autre qui rapporte, aucun livret bancaire alors j'essaie de faire autrement."  

Pour ces Dijonnais d'une vingtaine d'années, le jeu en vaut la chandelle car rien d'autre ne permet de faire fructifier son argent.

Alors quel avenir pour cette monnaie virtuelle ? "De nombreux Prix Nobel estiment que c'est une bulle spéculative qui va disparaître, mais d'autres observateurs pensent le contraire", précise Laurence Attuel Mendès, avant  de rappeler que le Salvador a récemment adopté le bitcoin comme monnaie légale et que Facebook se prépare de son côté à lancer "diem" sa propre crypto monnaie. 

Quel avenir pour ces crypto monnaies ? Début de réponse avec Laurence Attuel-Mendes, enseignante-chercheuse à la BSB à Dijon

Quels conseils avant de se lancer ?

Le principal, conseille Ludovic Desmedt, "c'est de penser à diversifier votre portefeuille et ne pas tout investir dans les cryptomonnaies." Il est essentiel souligne le professeur d'économie à l'université de Bourgogne, "de n'engager que ce que l'on est prêt à perdre et de le faire de façon homéopathique."

Avant d'investir, voilà quelques conseils utiles de Ludovic Desmedt, professeur à l'université de Bourgogne et membre du Laboratoire d'Economie à Dijon

  • Retrouvez ce Dossier + INFO ce mercredi 23 juin 2021 sur France Bleu Bourgogne à 6h30 et 8H40.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess