Faits divers – Justice

Après sa fermeture administrative, le centre socioculturel site de Malraux rouvre ses portes à Toul

Par Esteban Pinel, France Bleu Sud Lorraine vendredi 28 octobre 2016 à 11:08

La police municipale veille sur le centre pendant quelques jours, le temps du retour à la normale.
La police municipale veille sur le centre pendant quelques jours, le temps du retour à la normale. © Radio France - Esteban Pinel

Le centre socioculturel site de Malraux, à Toul, a rouvert ses portes mardi 25 octobre après cinq jours de fermeture administrative. Des jeunes du quartier de la Croix-de-Metz avaient exercé "des pressions" sur le personnel. Un retour à la normale qui soulage les habitants.

Le quartier de la Croix-de-Metz, à Toul, a retrouvé son centre socioculturel depuis le mardi 25 octobre. L'Espace Malraux (de son ancienne dénomination) avait fermé ses portes pendant cinq jours à la suite de "pressions" de jeunes du quartier, mécontents du nouveau fonctionnement de la structure, mis en place depuis le début de l'année.

"Avant, il y avait trop d'entre-soi chez les jeunes qui venaient au centre", explique le directeur Thibaut Lefort. Les nouvelles activités donnent plus de place à des projets collectifs. De nouveaux publics fréquentent le centre, mais le conflit avec les jeunes contrariait cette dynamique.

Les habitants sont soulagés de la réouverture de leur centre socioculturel, qui occupe une place centrale dans la quartier de la Croix-de-Metz. - Radio France
Les habitants sont soulagés de la réouverture de leur centre socioculturel, qui occupe une place centrale dans la quartier de la Croix-de-Metz. © Radio France - Esteban Pinel

Après "des insultes et des menaces", la mairie et le centre avaient, d'un commun d'accord, convenu de fermer le centre. "Ils ont exercé leur droit de retrait, et ils ont bien fait, estime une habitante. C'est une décision fort adaptée." La réouverture a été accueillie avec soulagement. "Les associations hébergées par le centre peuvent reprendre leurs activités. Pour les jeunes, c'est aussi une bonne nouvelle, car il y a des choses à faire pendant les vacances", note cette même habitante.

La police en poste devant le centre

Une patrouille de police veille sur la structure "pendant quelques jours", précise la municipalité. Le temps de pérenniser le retour à la normale. Depuis les fenêtres du centre, on aperçoit un groupe de jeunes. Ces derniers sont remontés contre le nouveau fonctionnement des lieux. "On propose des projets, comme les animateurs nous le demandent, mais au final, ils n'aboutissent jamais. C'est toujours pareil", peste un des protestataires, qui minimise les accusations dont ils font l'objet.

Du côté du centre socioculturel, Thibaut Lefort assure que "la porte reste ouverte pour eux, à condition qu'ils respectent le personnel et intègrent notre fonctionnement". Pour le moment, cette main tendue n'est pas saisie par les jeunes. Mais les habitants ont retrouvé leurs habitudes dans leur centre socioculturel.

Partager sur :