Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Après un premier rassemblement dans le calme pour Steve, un second très tendu cette après-midi à Nantes

-
Par , France Bleu Loire Océan

Deux rassemblements sont prévus à Nantes, ce samedi, suite à la mort de Steve. Le premier, au pied de la grue jaune, s'est déroulé dans le calme. Le second fait craindre des violences.

En tête du cortège, à 14h
En tête du cortège, à 14h © Radio France - Paul Sertillanges

Nantes, France

Le premier des deux rassemblements en mémoire de Steve, ce samedi à Nantes, s'est déroulé dans le calme. Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées au pied de la grue jaune. Un second rassemblement a lui été lancé dans le centre-ville, davantage contre les violences policières et il fait craindre des violences à la préfecture qui a déployé un très important dispositif de sécurité. 

Gros dispositif des forces de l'ordre

Juste avant le début du rassemblement, des contrôles d'identité sont annoncés par des internautes sur les réseaux sociaux. Ils ont lieu à proximité du lieu de rassemblement : la croisée des trams.

Les forces de l'ordre sont déployées à proximité du lieu de rassemblement - Radio France
Les forces de l'ordre sont déployées à proximité du lieu de rassemblement © Radio France - Paul Sertillanges
Policiers, gendarmes, les forces de l'ordre sont très nombreuses - Radio France
Policiers, gendarmes, les forces de l'ordre sont très nombreuses © Radio France - Paul Sertillanges

"Une foule impressionnante"

De nombreux manifestants se sont tout de même déplacés, avec un peu de retard. La foule grossit à Commerce.

L'esplanade devant la place du commerce se remplit - Radio France
L'esplanade devant la place du commerce se remplit © Radio France - Paul Sertillanges

Juste avant 14h, la manifestation commence. Dans une ambiance assez tendue. La foule est impressionnantes selon notre reporter sur place. Premières tension avec les policiers qui se font traiter d'"assassins" par des manifestants.

Parti de Commerce, le cortège remonte le cours des 50 otages en direction de la préfecture.

L'ambiance se tend encore quand le cortège arrive devant la préfecture.

Premiers affrontements devant la préfecture

Les premières vives tensions éclatent devant la préfecture. Les forces de l'ordre aspergent les manifestants avec des canons à eau. Des poubelles sont incendiées.

Les premiers tirs de gaz lacrymogènes viennent d'avoir lieu. La manifestation a débuté il y a moins d'un heure. Ces premiers incidents ont commencé quand des manifestants ont voulu accrocher une banderole sur la préfecture. Il y a aussi eu des jets de projectiles.

Les murs de la préfecture sont tagués avec ces slogans : "Ni oubli, ni pardon" et "la police assassine".

Le cortège poursuit son chemin via la place Foch, en plein travaux, pour accueillir le nouveau Busway.

Selon notre reporter sur place, il y aurait environ 3.000 manifestants. L'hélicoptère les survole.

Des barricades cours Saint-Pierre

Cours Saint-Pierre, les manifestants utilisent les chaises, les tables et les cabanes des _Heures d'été_pour faire des barricades.

Les manifestants n'hésitent pas à déplacer toute une structure en bois au milieu du cours avant d'allumer un feu au milieu de leurs barricades.

Les forces de l'ordre arrivent, suivies d'un canon à eau. Les barricades sont détruites.

Plusieurs feux allumés

Le cortège est maintenant à proximité du château des Ducs de Bretagne où un nouveau feu est allumé avec du matériel de chantier.

Une partie des manifestants prennent la direction de Commerce. La police indique que les différents feux sont éteints.

Du mobilier urbain et au moins une vitrine ont été cassés près du château.

La vitrine d'un bar, brisée, près du château - Radio France
La vitrine d'un bar, brisée, près du château © Radio France - Paul Sertillanges

Le cortège continue vers Commerce. Il y a toujours des tensions.

Les manifestants sont de retour à leur point de départ. Les forces de l'ordre continuent de tirer des gaz lacrymogènes.

De nouvelles barricades érigées près de l'hôpita

l

De nouvelles barricades sont construites à côté du square Daviais à côté duquel un autre chantier est en cours. La ville avait anticipé en sécurisant ses chantiers, mais impossible, bien évidemment, de tout enlever. Plusieurs stations de Bicloo ont aussi été vidées, par la ville, de leurs vélos en libre-service.

Les forces de l'ordre repoussent les manifestants vers les quais de la Loire, laissant la route qui longe le CHU jonchée de plots de chantier. L'accès aux urgences se trouvent de l'autre côté. Il est demandé aux automobilistes d'éviter le secteur.

La rue qui longe le CHU de Nantes  - Radio France
La rue qui longe le CHU de Nantes © Radio France - Paul Sertillanges

Dans un tweet, la préfecture assure que : "malgré la violence de certains individus (dont plusieurs venus de l'étranger) venus en nombre en découdre avec les forces de l'ordre, la police intervient avec beaucoup de retenue dans l'usage de la force".

Les manifestants repoussés avec des gaz lacrymogènes

Des gaz lacrymogènes sont de nouveau tirés près du CHU.

Les pompiers viennent d'éteindre le feu. Les manifestants retournent vers Commerce, encore une fois pressés par les gaz lacrymogènes. Certains sont renvoyés en direction des forces de l'ordre.

Ceux qui essaient de remonter le cours des 50 otages sont repoussés par la Bac, la brigade anti-criminalité. C'est assez confus.

S'il y a des tensions à Nantes, les autres rassemblements pour Steve et/ou contre les violences policières sont globalement plus calmes ailleurs en France.

Actuellement, ce qu'il reste du cortège est statique, à la croisée des trams, son point de départ. Après 20 minutes de calme, de nouvelles tensions éclatent à Commerce, dans un nuage de gaz lacrymogènes.

Le face à face continue entre les derniers manifestants et les forces de l'ordre.

En milieu d'après-midi, 35 participants à cette manifestation avaient déjà été arrêtés. Une trentaine de personnes l'avait même été avant même le début du rassemblement.

Un policier et au moins un manifestant blessés

A 17h30, la police annonce 39 interpellations au cours de la manifestation et un policier blessé par un jet de projectile. Au moins un manifestant aurait également été assez sérieusement blessé pour être emmené à l'hôpital.

Plus de 1.000 contrôles

La préfecture annonce qu'avant la manifestation, "plus de 900 véhicules et près de 1.500 personnes ont été contrôlés" sur les routes menant à Nantes.

"Une violence inadmissible" - Johanna Rolland, maire de Nantes

A l'issue de cette manifestation, Johanna Rolland, la maire de Nantes a réagit dans un communiqué : "Je condamne avec la plus grande fermeté ces dégradations violentes commises par certains, _qui ne servent en rien la recherche de la vérité, ni la mémoire de ce jeune homme_, quelques soient la colère et l'émotion. La violence qui s'est abattue sur Nantes lors de ce rassemblement est inadmissible".

Dernier bilan de la manifestation : 40 arrestations annonce la police.

Choix de la station

France Bleu