Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Après une explosion causée par un implant cardiaque, le crématorium de Roost-Warendin est à l'arrêt

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

Mardi 19 janvier, une explosion a endommagé le four du crématorium de Roost-Warendin. L'accident a été causé par le pacemaker d'un défunt, qui a explosé à cause de la chaleur. Une enquête interne est ouverte pour comprendre comment cette erreur a pu arriver.

Si les cérémonies peuvent se tenir sur place, les crémations doivent se dérouler dans les autres sites de la région.
Si les cérémonies peuvent se tenir sur place, les crémations doivent se dérouler dans les autres sites de la région. - Capture d'écran Google Maps

Mardi 19 janvier, lors d'une crémation, une explosion a retenti à l'intérieur du four du crématorium de Roost-Warendin. Heureusement, la détonation n'a pas eu lieu pendant la cérémonie. A ce moment, sur place, il n'y a que les employés du site : personne n'a été blessé, mais le four est durablement endommagé. Impossible d'incinérer les défunts jusqu'à nouvel ordre, et le gestionnaire ne sait pas quand l'activité va pouvoir reprendre. 

Un implant cardiaque à l'origine de l'explosion

A l'origine de cette explosion, il y a le pacemaker du défunt incinéré à ce moment là, "un appareil qui n'aurait pas dû être là" explique OGF, le groupe qui gère le crématorium. En effet, normalement, l'implant cardiaque doit être retiré avant la crémation, soit par un médecin, soit par un thanatopracteur. Sa présence est d'ailleurs indiquée sur l'avis de décès. Mais ici, selon OGF, l'avis de décès indiquait que le pacemaker avait été retiré.  Des investigations ont lieu en interne pour essayer d'identifier comment une telle erreur a pu se produire. 

A Roost-Warendin, les cérémonies peuvent toujours avoir lieu, mais la crémation n'est plus possible : les défunts sont pris en charge dans les autres sites de la région. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess