Faits divers – Justice

Après une mauvaise gestion, le Comptoir du Jazz cherche un repreneur à Bordeaux

Par Xavier Ridon, France Bleu Gironde mardi 22 avril 2014 à 6:00

Le Comptoir du Jazz et le Port de la Lune cherchent un repreneur à Bordeaux
Le Comptoir du Jazz et le Port de la Lune cherchent un repreneur à Bordeaux © Google Street View

Le Comptoir du Jazz et le Port de la Lune se cherchent un avenir. Ce bar-restaurant réputé à Bordeaux est à vendre. Les repreneurs peuvent se faire connaitre jusque vendredi prochain midi. Un collectif de soutien milite pour que le lieu garde son identité musicale. Il est soutenu par le maire adjoint à la Culture de la ville de Bordeaux, Fabien Robert.

Les amoureux de jazz à Bordeaux sont inquiets. Que vont devenir le Comptoir du Jazz et le Port de la Lune, quai de Paludate ? En dépôt de bilan à cause d'une mauvaise gestion, ce bar-restaurant et emblème du jazz à Bordeaux cherche un repreneur. Les dossiers peuvent être déposés jusque vendredi prochain 25 avril à 12h. Une pétition circule sur Internet pour que les concerts de jazz ne quittent pas le lieu. Elle atteint les 1500 signataires. Le collectif à l'origine de cette pétition a été reçu samedi dernier par Fabien Robert. Le maire adjoint à la culture de la ville de Bordeaux leur a adressé son soutien. Des repreneurs potentiels se sont déjà fait connaitre. Il y a de tout, mais Fabien Robert rejoint le collectif de soutien. Il ne veut pas que le lieu perde ses sonorités jazz.

"Le Comptoir du Jazz c'est une autre époque, mais de là à faire une banque ou un hôtel, il y a de la marge. Dans ce quartier, qui est aussi le quartier des boites de nuit, il y a de la place pour un lieu dédié au jazz" — Fabien Robert, maire adjoint à la Culture

Une gestion qui laisse à désirer

Ces derniers mois, le Comptoir du Jazz et le Port de la Lune ont connu beaucoup de péripéties. Dès le rachat du bar-restaurant par Christophe Rasp tout part mal. Fin 2013, il rachète le Comptoir du Jazz et le Port de la Lune avec des chèques sur un compte sans provision . Il trouve finalement un compromis avec l'ancien propriétaire mais cette fois-ci paie avec des chèques de la société qu'il vient de racheter ce qui est un abus de biens sociaux . Une fois aux commandes, Christophe Rasp instaure une gestion qui laisse à désirer . Rapidement, les fournisseurs ne sont plus payés , les vingt-cinq employés ne touchent pas leur salaire et inutile - ou presque - de demander une rétribution pour les groupes qui viennent se produire au Comptoir du Jazz.Fin janvier, c'est le dépôt de bilan. Tout s'enchaine avec le placement en redressement judiciaire par le tribunal de commerce et, à la même période, l'arrivée du parquet qui s'intéresse au piano-bar. Il saisit la Division des affaires économiques et financières de la Direction interrégionale de la police judiciaire. Les enquêteurs découvrent que le gérant aurait plus d'une fois détourné de l'argent de la caisse et fait quelques chèques en bois. Fin février, il est alors placé en garde à vue pendant 48h puis mis en examen . Le tribunal de commerce a nommé un mandataire. Depuis Le Comptoir du Jazz et le Port de la Lune, eux, sont à vendre et attendent un repreneur.

"Les personnes qui veulent conserver le Comptoir du Jazz ont raison. Néanmoins, la ville n'a pas de levier d'intervention"