Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ardèche : 4000 euros d'amende pour avoir relâché des sangliers dans la nature

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Un éleveur de sangliers de Saint-Alban-d'Ay en Ardèche a été condamné à 4000 euros d'amende. Il a reconnu avoir vendu des sangliers à des chasseurs qui les relâchaient dans la nature.

Le tribunal de grande instance de Privas
Le tribunal de grande instance de Privas © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

L'éleveur a reconnu les faits. Il a fait l'objet ce lundi d'une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, un plaider-coupable. Et l'homologation devant le juge a permis de rendre public les débats. Une aubaine pour les agriculteurs présents ulcérés par les dégâts des sangliers en Ardèche.  

Les agriculteurs, partie civile

Les syndicats agricoles de l'Ardèche se sont constitués partie civile dans cette affaire. Il faut dire qu'en Ardèche le sanglier est un sujet délicat. La surpopulation provoque de nombreux dégâts pour les agriculteurs pas toujours très bien indemnisés. En 2017/2018, les chasseurs ardéchois ont abattu 27.000 sangliers. La fédération de chasse du département avait du indemniser les agriculteurs à hauteur de 620.000 euros. 

C'est déjà un gros souci mais quand les agriculteurs ont appris que des chasseurs, certes isolés, avaient acheté des sangliers à cet élevage pour les relâcher dans la nature, leur sang n'a fait qu'un tour. D'autant plus que cet éleveur a été président de l'association nationale des éleveurs de sangliers. La confédération paysanne de l'Ardèche et la FDSEA ont obtenu un euro de dommages et intérêts. Les fédérations de chasse de Haute-Loire et de l'Ardèche ont obtenu respectivement 700 et 500 euros de dommages et intérêts.    

La défense recadre les débats

L'avocate de l'éleveur a expliqué que son client n'était pas responsable de l'ensemble des dégâts faits par les sangliers en Ardèche et qu'il fallait revenir aux faits visés par la justice. Autrement dit la vente à des chasseurs de sangliers entre 2016 et 2017. Avant, les faits sont prescrits. Elle est également revenue sur les constitutions de partie civile parfois réalisées dans des conditions discutables. Le tribunal a d'ailleurs jugé irrecevable la constitution de partie civile de la coordination rurale de l'Ardèche. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu