Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ardèche : alcoolémie positive...à cause d'un soin dentaire !

lundi 7 novembre 2016 à 6:16 Par Nathalie De Keyzer, France Bleu Drôme Ardèche et France Bleu

Des soins dentaires auraient pu lui coûter des points sur son permis ! Un Ardéchois a été contrôlé positif à un test d'alcoolémie parce qu'il s’était fait un bain de bouche avec un médicament prescrit par son dentiste. Ce conducteur a fini par être relaxé par un juge de proximité.

illustration ethylotest
illustration ethylotest © Maxppp - © Maxppp-Claude Prigent

Cette histoire insensée a tout de même duré plus d'un an et le conducteur a dû prendre un avocat pour obtenir gain de cause. Le jour du contrôle, cet Ardéchois de 54 ans vient de se réveiller de la sieste. Il part chercher sa fille à l’école mais avant, il fait son bain de bouche. Son dentiste lui en a prescrit trois par jour ainsi que la prise d’antibiotiques.

Haleine alcoolisée

Moins d'une demi-heure après, il souffle "dans le ballon". L'homme est sûr de lui : il n'a pas bu une goutte d'alcool. Pourtant il dépasse le taux d’alcool autorisé : 0,26 milligramme par litre d'air expiré au lieu des 0 ,25 autorisés. Il y a bien de l’alcool dans son haleine. Très étonné, il explique aux gendarmes qu'il n'a pas bu mais aucune prise de sang de contrôle n'est effectuée et le conducteur est verbalisé.

Bain de bouche en cause

Quand il rentre chez lui, c'est sa femme qui pense au médicament pour son bain de bouche. Elle vérifie la composition et découvre que le médicament en question contient 42,8 % d'alcool. Pourtant, rien sur la notice ne met en garde les conducteurs. L’Ardéchois et son avocat ont du fournir l’ordonnance du dentiste, une attestation de ce médecin sur la composition précise du médicament et même une jurisprudence de la Cour de cassation. Ils ont fini par avoir gain de cause. L’Ardéchois sobre mais avec une rage de dent a été relaxé.