Faits divers – Justice

Ardèche : grosse colère des sous-traitants d'Onet qui ont écrit à Emmanuel Macron

Par Emmanuel Champale, France Bleu Drôme-Ardèche lundi 14 août 2017 à 2:54

Ces six agents d'entretien demandent des indemnités au titre du préjudice d'anxiété lié à leur exposition à l'amiante dans l'usine Iveco d'Annonay (ex RVI).
Ces six agents d'entretien demandent des indemnités au titre du préjudice d'anxiété lié à leur exposition à l'amiante dans l'usine Iveco d'Annonay (ex RVI). © Radio France - Lauriane Delanoe

Les 6 salariés qui veulent être reconnus victimes de l'amiante s'attendaient à une réponse de l' Elysée. C'est le ministère de la justice qui s'en est chargé...en bottant en touche !

"Le président Macron et la ministre de la justice se moquent de nous"

Les 6 salariés sous-traitants d'Iveco à Annonay qui se battent depuis plus de 3 ans pour être reconnus victimes de l'amiante, au même titre que les salariés de l'usine ardéchoise, sont agacés.

Ces agents d'entretien d'Onet ont écrit au chef de l'Etat et à la Garde des Sceaux pour leur demander de modifier la loi . La réponse qu'ils ont reçue botte en touche et leur conseille simplement de prendre un avocat . Alors que c'est fait depuis longtemps ...

Les sous traitants vont désormais faire appel au député du nord Ardèche Olivier Dussopt afin qu'il interpelle directement la ministre de la justice a l'Assemblée Nationale. En attendant , le marathon judiciaire continue. Déboutés par le conseil de prud'hommes de Valence en mars dernier , le dossier est maintenant entre les mains de la cour d'Appel )