Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ardèche : peine symbolique pour les deux militants anti-pesticides jugés à Privas

vendredi 4 novembre 2016 à 10:42 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche

Le tribunal correctionnel de Privas a rendu sa décision ce vendredi matin suite à l'opération menée en mars à Aubenas contre le glyphosate, la molécule contenue dans certains désherbants. Les deux faucheurs volontaires sont condamnés à une amende de 200 euros avec sursis.

Le rassemblement de soutien lors de l'audience du 30 septembre dernier
Le rassemblement de soutien lors de l'audience du 30 septembre dernier © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

C'est une condamnation aux allures de victoire pour les faucheurs volontaires d'Ardèche. Les deux militants poursuivis pour leur participation à la destruction de bidons de désherbants le 19 mars dernier à Aubenas sont condamnés à une amende symbolique de 200 euros avec sursis. Le tribunal correctionnel a suivi les réquisitions prononcées par la procureure de la République lors du procès en septembre.

Prise de conscience de la dangerosité du glyphosate

Lors de l'audience du 30 septembre, les deux militants avaient assumé leur action dans trois grandes surfaces (Gamm Vert, Leclerc et Bricomarché) puisqu'il s'agissait pour eux d'alerter sur le risque sanitaire des herbicides dont le RoundUp qui contiennent du glyphosate, molécule classée comme cancérogène probable. Ce vendredi, les faucheurs volontaires se félicitent de "la prise de conscience" qu'a suscitée cette affaire.