Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ardèche : un bar fermé pour non-respect des gestes barrières à Privas

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

La préfète de l'Ardèche avait annoncé ce jeudi la fermeture imminente de deux bars ardéchois pour non-respect des gestes barrières. La sanction est tombée ce samedi soir pour l'un d'eux, situé à Privas.

La préfecture reproche à deux bars ardéchois de n'avoir pas fait respecter les gestes barrières à leurs clients.
La préfecture reproche à deux bars ardéchois de n'avoir pas fait respecter les gestes barrières à leurs clients. © Radio France - Anthony Raimbault

La préfecture de l'Ardèche reproche à deux bars ardéchois de n'avoir pas fait respecter les gestes barrières. Des agents ont notamment constaté que certains clients ne portaient pas leurs masques. Ce samedi, l'un de ces bars a été contraint de fermer pour quinze jours.

Cette semaine, la préfecture avait envoyé aux deux bars en question un courrier mentionnant les infractions relevées, les gérants avaient cinq jours pour contester et ainsi éviter la fermeture administrative. L'établissement My Beers de Privas dit avoir contesté les faits reprochés, sans succès. La police est intervenue ce samedi pour entériner la fermeture de l'établissement. Pour l'heure, à notre connaissance, l'autre bar n'a pas été fermé.

Le témoignage d'Anthony Donabedian

"Une injustice" pour le fondateur de My Beers

"On essaie de faire respecter au mieux les règles sanitaires, mais on ne peut pas avoir les yeux sur chaque client, indique le fondateur du réseau de bars My Beers, Anthony Donabedian. Dans les transports en commun et les commerces, le même problème se pose. La préfecture stigmatise notre profession, c'est une injustice. Après cette année très difficile sur le plan économique, on nous enlève le pain de la bouche", déplore-t-il. Dans le bar de Privas, selon Anthony Donabedian, une personne supplémentaire allait être embauchée pour veiller au respect des gestes barrières. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess