Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ardèche : un habitant de Tournon poursuivi pour consultation de sites djihadistes

vendredi 25 novembre 2016 à 12:28 - Mis à jour le vendredi 25 novembre 2016 à 16:17 Par Florence Beaudet, France Bleu Drôme Ardèche

Cet homme de 32 ans a été écroué ce vendredi en attendant son jugement en correctionnelle pour avoir régulièrement consulté des sites internet pro-Daech. La justice a été saisie suite à une perquisition administrative au domicile du Tournonais.

Le palais de justice de Privas
Le palais de justice de Privas © Radio France - Stéphane Milhomme

L'homme n'était pas sur les écrans radar. Il n'était pas repéré comme montrant des signes de radicalisation. C'est suite à la surveillance d'un autre individu dans la Drôme que les services de renseignement intérieur trouvent son nom. Le préfet de l'Ardèche autorise alors une perquisition administrative au domicile de l'Ardéchois mercredi matin. Les enquêteurs découvrent alors des images et des vidéos sur son ordinateur mais aussi sur son téléphone portable et sur une clé USB, preuve de la consultation régulière de sites djihadistes depuis au moins deux ans.

Un délit passible de deux ans de prison

Lors de sa garde à vue, le trentenaire a parlé de simple curiosité. Déféré au parquet de Privas ce vendredi à la mi-journée, il a été écroué en attendant sa comparution mardi devant le tribunal correctionnel pour "consultation habituelle d'un service de communication au public en ligne mettant à disposition des messages, des images ou des représentations provoquant à des actes de terrorisme ou en faisant l'apologie". C'est un délit depuis la loi de juin dernier renforçant la lutte contre le terrorisme, passible de deux ans de prison et trente mille euros d'amende.