Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ardennes Forges : les salariés n'auront pas les huissiers devant leur porte

mardi 25 juillet 2017 à 12:47 Par Sylvie Bassal, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Pas de promesses, mais des engagements reçus au ministère du Travail pour la délégation d'élus ardennais et anciens salariés d' Ardennes Forges. Ils n' auront pas les huissiers à leur porte, malgré la demande de remboursement de trop perçu par l' AGS.

L'ancien site de Nouzonville dans les Ardennes est à l'abandon.
L'ancien site de Nouzonville dans les Ardennes est à l'abandon. © Radio France - Alexandre Blanc

Nouzonville, France

Ils restent solidaires. Elus et anciens salariés d' Ardennes Forges ont été reçus au ministère du travail ce mardi matin pour demander "un peu d' humanité " dans ce dossier. 47 salariés doivent rendre la moitié des 900 000 euros d' indemnités encaissées après les licenciements il y a neuf ans. Des sommes colossales à rembourser- après arrêt de la cour de cassation- entre 6000 et 24 000 euros selon les cas. Du trop perçu.

C'est impossible, sont allés dire au ministère les élus et ex salariés d' Ardennes Forges. Dans une ville où le taux de chômage est de 21% , dans des familles qui n'ont pas retrouvé d' emploi ou qui ont investi cet argent pour se donner un second départ a plaidé Florian Lecoultre, le maire de Nouzonville, là où se situe la friche industrielle.

Un peu d' humanité

"Nous avons été écoutés et restons optimiste" a dit pour sa part Rémi Petitjean, ex salarié d' Ardennes Forges. "On aura pas les huissiers à notre porte dans les prochains jours. On attend la suite et des nouvelles rapidement . On est au bout du bout , tous les recours juridiques sont épuisés et il n' y a qu'eux qui peuvent nous sauver . Nous demandons un peu d'humanité "a plaidé Rémi Petijean.

A un dossier exceptionnel, il faut une réponse exceptionnelle qui, de toute façon, ne pourra pas faire jurisprudence, a souligné le député LR ardennais Pierre Cordier. Le ministère va rapidement entrer en contact avec l' AGS qui demande le remboursement de 470 000 euros de trop perçu aux ex Ardennes Forges. L' AGS qui dit ne pas vouloir renoncer à l'ensemble de sa créance mais qui va se montrer attentive au cas par cas.