Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Salariés condamnés à rembourser leurs indemnités de licenciement : une délégation au ministère du Travail

lundi 24 juillet 2017 à 14:21 Par Sylvie Bassal, France Bleu Champagne-Ardenne et France Bleu

Une délégation ardennaise sera reçue à Paris ce mardi 25 juillet au ministère du Travail pour défendre le dossier des salariés d' Ardennes Forges. Ils ont appris la semaine dernière qu'ils allaient devoir rembourser une partie des indemnités touchées pour leur licenciement il y a neuf ans.

Ardennes Forges
Ardennes Forges © Maxppp - Maxppp-PHOTOPQR/L'UNION

Nouzonville, France; Reims

Les Ardennes Forges ne baissent pas les bras. Plusieurs députés ardennais mais aussi les maires de Charleville-Mézières et Nouzonville seront aux côtés de deux anciens salariés d'Ardennes Forges qui ont rendez-vous ce mardi au ministère du Travail. Ils entendent demander une grâce pour ne pas avoir à rembourser le trop perçu des indemnités octroyées après leur licenciement il y a neuf ans.

Les salariés doivent rembourser 470 000 euros. Une somme accordée par les prud'hommes de Reims et versée par l' AGS (agence de garantie des salaires).

Il faut trouver une solution pour ces 47 salariés, pour qu'ils retrouvent leur dignité"

Le député ardennais LR Pierre Cordier qui a sollicité le rendez-vous attend un arbitrage, "un geste fort de la part du gouvernement qui est co-financeur de l' AGS". "On ne peut pas tourner autour du pot " a dit Pierre Cordier à France Bleu Champagne-Ardenne , "il faut trouver une solution pour ces 47 salariés (...) pour qu'ils retrouvent leur dignité". "La question est simple, dit encore le député Pierre Cordier, est-ce que le gouvernement va aider ou non ces salariés ?".

Ils doivent rendre des sommes colossales, entre 6000 et 24 000 euros selon les cas.