Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Areva : "La Chine n'est pas une menace pour l'emploi"

mercredi 11 novembre 2015 à 9:39 Par Stéphane Milhomme et Germain Treille, France Bleu Drôme Ardèche

Le groupe nucléaire français, en difficulté financière, va ouvrir son capital à un investisseur chinois Le directeur du site en sud Drôme se veut rassurant.Avec cette nouvelle, les syndicats craignent en revanche pour la pérennité de l'emploi à Pierrelatte.

Le site Areva Tricastin à Pierrelatte
Le site Areva Tricastin à Pierrelatte © Radio France

Pierrelatte, France

Il ne faut pas s'inquiéter de l'arrivée d'une importante société chinoise dans le capital d'Areva. C'est la direction du Tricastin qui le dit. Un protocole d'accord a été signé au début du mois de novembre. Avec 5 milliards d'euros de pertes l'an passé, le groupe nucléaire français est en proie à de graves difficultés financières. Pour les syndicats, cette ouverture du capital c'est une nouvelle menace pour l'emploi après l'annonce de la possible suppression de 450 postes d'ici 2017. Le patron d'Areva Tricastin, Frédéric de Agostini, tente de rassurer les salariés du site drômois.

Le patron d'Areva Tricastin, Frédéric de Agostini

A lire aussi : Areva va ouvrir son capital à un groupe nucléaire chinois