Faits divers – Justice

Argenteuil : les habitants peuvent enfin rentrer chez eux après l'opération de police antiterroriste

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris et France Bleu jeudi 24 mars 2016 à 22:43 Mis à jour le vendredi 25 mars 2016 à 11:56

L'immeuble perquisitionné à Argenteuil
L'immeuble perquisitionné à Argenteuil © Radio France - Marine Chailloux

Dans le cadre de la lutte antiterroriste, une vaste opération de police a été menée jeudi et vendredi matin, à Argenteuil, dans le Val d'Oise, à la suite d'une interpellation "importante". Un projet d'attentat avancé a été déjoué, a expliqué le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Des explosifs  et plusieurs kalachnikovs ont été découverts dans l'appartement perquisitionné à Argenteuil où une vaste opération de police antiterroriste a été menée jusqu'à vendredi midi. L'explosif découvert est du TATP, un explosif artisanal déjà utilisé lors des attentats de Paris et Saint-Denis. Des produits suspects pouvant entrer dans la fabrication du TATP ont également été retrouvés lors de cette perquisition. Les services de déminage ont opéré toute la nuit de jeudi à vendredi dans l'appartement occupé par le suspect arrêté, dans un immeuble du boulevard du Général Delambre. Evacués depuis 17 heures, jeudi, leshabitants de l'immeuble ont enfin pu regagner leur domicile à midi,ce vendredi, après la levée du périmètre de sécuritépar les forces de l'ordre_.
_

Cette vaste opération était consécutive à "une interpellation importante" survenue dans la matinée, a indiqué le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve au cours d'une conférence de presse convoquée en dernière minute, tard jeudi soir. Une interpellation et des perquisitions menées dans le cadre "d'une enquête de projet d'attentat en France", a précisé le ministre de l'Intérieur.

Un projet d'attentat "mis en échec"

Le projet d'attentat a été "mis en échec" a indiqué Bernard Cazeneuve, soulignant aussi qu'il n'y avait "à ce stade" aucun lien avec les attentats de Paris et de Bruxelles. Toujours selon le ministre de l'Intérieur, l'enquête sur ce projet dure depuis plusieurs semaines et c'est elle qui a permis l'arrestation ce jeudi matin par la DGSI, d'un homme de nationalité française, "suspecté d'être impliqué à un haut niveau dans ce projet. Il évolue au sein d'un réseau terroriste qui prévoyait de frapper notre pays".

Le ministre s'est refusé à de plus amples commentaires. Toutefois, selon plusieurs sources, le suspect, âgé de 34 ans, est "jugé extrêmement dangereux" dans une fiche de renseignement que nos confrères de France Info ont pu consulter. Il a été arrêté jeudi matin, à Boulogne-Billancourt, et avait été condamné à dix ans de prison en Belgique, dans une affaire de filière djihadiste aux cotés d'Abdelhamid Abaaoud, considéré comme le coordinateur des attentats du 13 novembre. Peine qu'il n'a jamais effectuée, jugé par défaut, en Syrie au moment du procès. L'homme serait rentré en France à la fin 2015.

Argenteuil déjà sous haute surveillance

La ville d'Argenteuil doit accueillir à partir de vendredi et pour quinze jours un événement religieux majeur : la présentation d'une relique, la Sainte Tunique, le vêtement dans lequel le Christ aurait vécu ses derniers instants sur terre. 150.000 personnes sont attendues à la basilique.