Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Ariège : une information judiciaire ouverte après la disparition de deux curistes

Une information judiciaire est ouverte après la disparition de deux curistes, originaires de Tours et de Rennes, signalée le 12 octobre dernier dans le secteur Ornolac-Ussat-les-Bains, en Ariège.

Les recherches ont démarré le 12 octobre dernier
Les recherches ont démarré le 12 octobre dernier © Radio France - SM

Ussat, France

Deux semaines après la disparition de deux curistes en Ariège, le parquet de Foix décide d'ouvrir une information judiciaire. Une enquête, confiée à une juge d'instruction,  a été ouverte pour "recherche des causes des disparitions", précise le procureur de la République Laurent Dumaine.

Il s'agit d'un homme, âgé de 66 ans, originaire de la région de Tours et d'une femme de 59 ans, originaire de Rennes. Ils étaient partis faire une randonnée dans le secteur Ornolac-Ussat-les-Bains. L'alerte a été lancée le 12 octobre.

Seul le véhicule du curiste a été retrouvé. Les téléphones portables des deux randonneurs sont restés à leur domicile.

Les membres de la famille du curiste disparu ont appris aux enquêteurs que leur proche était atteint d'une affection neurologique et qu'il rencontrait des difficultés de motricité malgré son goût pour les balades en forêt.

Un gros dispositif de recherche

D’importants moyens de gendarmerie ont été dépêchés dans le secteur, plus de 30 gendarmes certains jours ont ratissé la montagne. Cinq chiens ont eux aussi balayé les zones où auraient pu randonner les disparus. Depuis le 12 octobre, l’hélicoptère a sillonné le secteur des dizaines de fois en vain. Les militaires ont aussi fait intervenir les hommes du secours en montagne, le PGHM, pour chercher autour d’une parois à pic d’une centaine de mètres. Des recherches qui n'ont rien donné jusque là.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu