Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Armada 2019 à Rouen

La sécurité à l'Armada, la préfecture de Seine-Maritime se veut rassurante

D'après l'organisateur de l'événement et la préfecture de Seine-Maritime, la sécurité est déjà à son maximum sur l'Armada de Rouen. Le périmètre ne sera donc pas amélioré en matière de sécurité, malgré l'attaque au colis piégé survenue à Lyon.

La sécurité sera ultra-renforcée pendant toute la durée de l'Armada du 6 au 16 juin.
La sécurité sera ultra-renforcée pendant toute la durée de l'Armada du 6 au 16 juin. © Maxppp - Boris Maslard

Rouen, France

C'est bien simple rien ne va changer, en tout cas en ce qui concerne le site de l'Armada. D'après l'organisateur de l'événement, la sécurité est déjà à son maximum autant en termes de matériels technologiques utilisés que de personnels déployés

Des propos confirmés par la préfecture."Tous les scénarios possibles ont déjà été envisagées" assure-t-elle. Seule consigne supplémentaire depuis l'attaque au colis piégé survenue à Lyon : intensifier les patrouilles sur la voie publique, soit en dehors du périmètre de l'Armada. 

Des policiers pourront également être appelés en cas de besoin. 

Niveau très élevé pour la Coupe de Monde

Enfin pour ce qui est de la Coupe du Monde de football féminin ( la ville du Havre accueille plusieurs matchs), le dispositif de sécurité n'a pas toujours pas été dévoilé. 

Mais il devrait être similaire à celui mis en place, il y a 2 ans, lors de la Transat Jacques Vabre. Cela signifie donc près de 200 policiers par jour, des CRS, des militaires de la force sentinelle en soutien ainsi que des agents pour fouiller les sacs et réaliser des contrôles aléatoires. Le tout bien évidemment dans un site cloisonné par des centaines de barrières.